•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La première pasteure transgenre de l'Église unie du Canada en poste à Regina

Cindy Bourgeois a obtenu sa maîtrise en théologie en 2010.

Photo : ICI RADIO-CANADA

Radio-Canada
Mis à jour le 

Cindy Bourgeois est la première personne ouvertement transgenre à avoir reçu le titre de pasteure à l'Église unie du Canada, une importante institution protestante au pays. Elle a été ordonnée en 2010 et officie maintenant à l'église unie Wesley de Regina.

Un texte de Dominique Brunet-VaudrinTwitterCourriel

Même si elle est née avec un corps d'homme, Cindy Bourgeois sait qu'elle est une femme depuis son plus jeune âge. Ce n'est cependant qu'au début des années 2000 qu'elle a commencé sa transition identitaire.

Pendant cette période de transformation, Cindy Bourgois est aussi retournée à l'église après des décennies d'absence. L'accueil de la communauté protestante a été tellement chaleureux qu'elle a décidé de se consacrer à la religion et de devenir pasteure.

Je suis venue pour la communauté [religieuse] et je suis restée pour le Christ. C'est quelque chose qui m'a vraiment interpellé et qui voulait dire quelque chose pour moi

Cindy Bourgeois, pasteure

Pour réaliser son objectif, elle a dû compléter une maîtrise en théologie, et elle a été évaluée à plusieurs reprises par des représentants de l'Église unie du Canada avant d'être ordonnée à titre de pasteure. Cette démarche s'inscrit dans le processus normal de l'Église, mais pour Cindy, les deux étapes ont été réalisées en même temps, ce qui est rare, d'après elle.

Cindy Bourgeois avec sa mère lors de son ordination en 2010Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Cindy Bourgeois avec sa mère lors de son ordination en 2010

Photo : Courtoisie de Cindy Bourgeois

Des préjugés persistent

Même si elle sent que des préjugés envers les transgenres existent partout, la Winnipégoise d'origine estime qu'elle a été bien accueillie au sein de l'organisation protestante et encore plus à l'église réginoise.

« Les gens viennent encore à l'église. C'est une bonne chose, ce n'est pas comme si j'avais vidé l'église. Les gens ont été vraiment formidables ici », affirme-t-elle.

Cindy Bourgeois admet que dans la vie de tous les jours, certaines personnes ont parfois des propos déplacés. Elle déplore que « des gens [lui] posent beaucoup de questions et [lui] posent parfois des questions qui sont assez déplacées ».

À l'église unie Wesley, toutefois, ces questions se font très rares. La révérende Cindy Bourgeois attribue cette différence à un atelier qui a été offert aux membres de la communauté avant son arrivée. Ils ont eu l'opportunité d'en apprendre plus sur la transsexualité et de poser des questions.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Droits et libertés