•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les revenus de Cameco reculent de 25 %

Un ouvrier et de l'équipement lourd dans une mine d'uranium de Cameco

Un ouvrier et de l'équipement lourd dans une mine d'uranium de Cameco (archives)

Photo : Cameco

La Presse canadienne
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le producteur d'uranium Cameco a renoué avec les bénéfices à son plus récent trimestre, malgré une baisse de plus de 25 % de ses revenus.

La société minière a indiqué vendredi avoir engrangé un bénéfice de 78 millions de dollars, soit 20 cents par action, pour son plus récent trimestre, comparativement à une perte de 9 millions de dollars, ou 2 cents par action, pour la même période l'an dernier.

L'amélioration était attribuable à des gains sur les taux de change, ainsi qu'à de plus importants profits bruts pour les activités de services de carburant.

Un recul du chiffre d'affaires

Le chiffre d'affaires a reculé à 408 millions de dollars, comparativement à 566 millions de dollars l'an dernier. Sur une base ajustée, Cameco a perdu 7 millions dollars, ou 2 cents par action, pour le plus récent trimestre, comparativement à un bénéfice ajusté de 69 millions de dollars, ou 18 cents par action, il y a un an.

Cameco a expliqué ce recul essentiellement par une baisse des profits bruts tirés des activités d'uranium et celle de sa filiale Nukem, ainsi que par une hausse des dépenses administratives et une augmentation des pertes sur les taux de change.

« Même si nous croyons qu'il existe un bel avenir à long terme pour l'énergie nucléaire, les conditions du marché que nous connaissons ont continué à être difficiles pour le secteur de l'uranium au premier trimestre », a affirmé le chef de la direction de Cameco, Rim Gitzel, dans un communiqué.

L'entreprise a mis à pied 500 travailleurs en Saskatchewan plus tôt cette année en suspendant sa production à sa mine de production à Rabbit Lake, dans le nord de la province.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !