•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hausser le salaire minimum ferait-il perdre des emplois?

Manifestation de travailleurs dans les résidences privées pour personnes âgées pour un salaire minimum à 15 $ de l'heure

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des syndicats réclament une hausse du salaire minimum plus substantielle que celle qui entrera en vigueur dimanche au Québec. Il passera alors à 10,75 $ l'heure, une augmentation de 0,20 $ l'heure. Mais certains redoutent les effets d'une éventuelle hausse marquée du salaire minimum.

Un texte de Denis-Martin ChabotTwitterCourriel

On juge qu'il faut augmenter de façon substantielle le salaire minimum au Québec.

Une citation de :Daniel Boyer, président, Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec

« Substantiel » veut dire de 2 $ à 5 $ de plus. Certains, dont la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante, craignent que cela ne cause des pertes d'emplois massives.

Augmenter substantiellement le salaire minimum fera-t-il perdre des emplois? Vérification faite : oui, mais à court terme.

Dans une étude citée par plusieurs experts, l'économiste Pierre Fortin estime qu'une hausse de 10 % du salaire minimum entraînerait une perte de 3 % à 6 % des emplois chez les jeunes de 15 à 19 ans. Pour les travailleurs plus âgés, l'impact, selon lui, serait marginal.

Par contre, selon l'Institut de recherche et d'information socio-économiques (IRIS), hausser le salaire minimum a un effet positif direct sur la consommation, ce qui serait bénéfique pour l'économie. Les chercheurs de l'IRIS citent l'exemple de la Colombie-Britannique, qui a augmenté son salaire minimum de 28 % en 2010 pour l'établir à 10,25 $ l'heure.

Contrairement aux appréhensions, moins de 4000 emplois ont disparu, mais l'année suivante, les nouveaux emplois créés par la hausse de la consommation ont compensé ces pertes.

Les experts consultés croient toutefois qu'il ne faudrait pas imposer une seule hausse majeure. Il serait préférable, selon eux, de répartir l'augmentation sur plusieurs années. Ainsi, les employeurs, surtout les petites entreprises, pourraient mieux absorber cette hausse.

 

Épreuves des faits

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !