•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La FRAP reprend le combat pour les immigrants francophones en Alberta

L'organisme Francophonie albertaine plurielle
L'organisme Francophonie albertaine plurielle Photo: ICI Radio-Canada
Radio-Canada

L'organisme Francophonie albertaine plurielle (FRAP) revoit sa stratégie pour que les immigrants francophones soient mieux intégrés en Alberta.

Alphonse Ndem Ahola, président de Francophonie albertaine plurielle (FRAP)Alphonse Ndem Ahola, président de Francophonie albertaine plurielle (FRAP) Photo : ICI Radio-Canada

Selon le nouveau président de l'association Alphonse Ndem Ahola, trop d'immigrants se sentent laissés pour compte. Une partie des francophones sont réticents à les intégrer, croit le président.

« Certaines personnes, pas toutes, ne voient pas l'intérêt qu'il y aurait à le faire, et en conséquence ne s'impliquent pas. »

Landry Bankole, arrivé au Canada l'an dernier, croit que l'existence de la FRAP est essentielle. « Il est important que tous les [francophones] puissent se réunir pour faire des choses ensemble et pour s'entraider. »

Francophonie albertaine plurielle entend reprendre le combat qu'elle avait mené, l'an dernier, auprès du conseil scolaire Centre-Nord afin qu'il recrute davantage d'enseignants d'origine étrangère.

Pour y parvenir, l'organisme veut convaincre le conseil par la collaboration et une approche posée.

L'organisme espère également profiter de l'arrivée d'un nouveau directeur général à la tête du conseil scolaire Centre-Nord pour reprendre les discussions sur le recrutement des enseignants au conseil.

D'après un reportage de Laurent Pirot

Alberta

Nouveaux arrivants