•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une école secondaire de Windsor abandonne le nom de Michel Gratton

École secondaire Michel-Gratton
Radio-Canada

Une école secondaire du conseil scolaire Viamonde à Windsor change de nom. L’école Michel-Gratton s’appellera désormais l’école secondaire de Lamothe-Cadillac. Coïncidence ou non, CBC a dévoilé en 2014 au conseil scolaire que Michel Gratton avait fait l’objet d’allégations de comportements sexuels déplacés.

Édith DrouinTwitterCourriel

Trois journalistes ont allégué que Michel Gratton avait eu des comportements sexuels déplacés à leur égard dans les années 1980, alors qu’il était attaché de presse pour Brian Mulroney.

Dans le cadre d’une émission de radio de CBC en 2014, une ancienne reporter de La Presse canadienne, Katryn Young, a notamment affirmé qu’il avait déchiré sa chemise et qu’il avait posé ses mains sur elle. Elle dit avoir ensuite réussi à se défaire de son emprise et lui avoir demandé de partir, ce qu’il a fait.

Une animatrice radio de CBC, Judy Morrison, dit aussi avoir été victime de harcèlement. Michel Gratton lui aurait demandé plusieurs fois de sortir avec lui, même si elle était mariée.

Le Franco-Ontarien s’est plus tard excusé publiquement pour les événements qu’il a qualifiés « d’incidents »  et aucune accusation n’a été portée. Il a démissionné de son poste sur la colline Parlementaire quatre mois plus tard.

La troisième journaliste a choisi de garder l’anonymat.

Les médias avaient, à l’époque, décrit le comportement de Michel Gratton comme « macho » et de « mauvais goût ».

Viamonde savait depuis 2014

Le conseil scolaire public de langue française Viamonde a été mis au courant des allégations contre Michel Gratton en 2014 par la CBC, trois ans après avoir nommé l’école de Windsor en son honneur.

Le conseil scolaire Viamonde à l’époque n’était pas au courant de ces allégations-là ni des excuses publiques qui avaient été faites dans les années 1980.

Jean-François L’Heureux, président du conseil scolaire Viamonde

La directrice de l'éducation de l’époque, Gyslaine Hunter-Perrault, avait alors indiqué que les allégations allaient être portées à l’attention des membres du conseil d’administration, qui déciderait du plan d’action à adopter.

Ce n’est qu’un an plus tard, en novembre 2015, que le processus pour changer le nom de l’établissement a été enclenché.

M. L’Heureux dissocie toutefois cette décision des allégations contre Michel Gratton.

Ce sont deux événements, je ne dirais pas qu’il y a des leçons apprises par rapport à ça.

Jean-François L’Heureux, président du conseil scolaire Viamonde

Il affirme que le nouveau nom est tout simplement parfait pour la région et qu’il arrive de temps à autre que des écoles changent de nom.

Une décision hâtive

Un ordre du jour du conseil d’école obtenu par Radio-Canada indique que la décision d’appeler l’établissement Michel Gratton avait été prise le 1er février 2011, moins de trois semaines après sa mort.

La mère d’un ancien élève de l’école, Pat Papadeas, se souvient que le processus pour nommer l’établissement avait pris plus de temps que prévu et qu’aucun nom n’était sorti vainqueur des premières discussions. Le nom de l’ancien journaliste ne serait ressorti qu’après son décès.

Le président du conseil scolaire affirme que des recherches sur son parcours avaient bel et bien été faites.

On fait des recherches, mais à savoir si les recherches seront plus approfondies la prochaine fois, j’imagine que oui.

Jean-François L’Heureux, président du conseil scolaire Viamonde

Le fils de Pat Papadeas l'a aussi informé que le nom de Cadillac n'avait pas été choisi en premier lieu. Il demeure un personnage historique controversé.

Windsor

Éducation