•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vancouver : la fermeture de comptoirs de vente de marijuana arrive à grands pas

Un comptoir de vente de marijuana à Vancouver

Un comptoir de vente de marijuana à Vancouver

Photo : Philippe Moulier/ICI Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des propriétaires de comptoirs de vente de marijuana se sont réunis d'urgence mardi soir dans un local de la rue West Hastings à Vancouver pour trouver un moyen d'éviter la fermeture de leurs commerces.

Un comptoir de vente de marijuana à VancouverAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un comptoir de vente de marijuana à Vancouver

Photo : Philippe Moulier/ICI Radio-Canada

À partir de samedi, ils devront en effet se soumettre à l'entrée en vigueur de réglementations municipales qui obligent leurs magasins à se trouver à plus de 300 mètres des écoles et des centres communautaires

Sur la centaine de comptoirs de vente de marijuana ouverts à Vancouver, il ne devrait plus qu'en rester une petite douzaine.

Des inspections seront effectuées dès ce week-end, a confirmé le conseiller municipal Kerry Jang. Les propriétaires des magasins qui ne se plient pas aux règles risquent des amendes de quelques centaines de dollars à 10 000 $ par jour.

« Si quelqu'un nous défie pendant un certain temps, nous collectionnerons des preuves pour obtenir une injonction judiciaire Les tribunaux ordonneraient à la boutique de fermer », dit M. Jang.

Une propriétaire de deux comptoirs de vente Dori Dempster estime que la mesure est injuste, car cela fait longtemps que ses affaires apportent de l'argent à la Ville.

En plus de l'obligation d'être éloignés des écoles et des centres communautaires, les comptoirs doivent obtenir un permis d'exploitation qui coûte 30 000 $ par an.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !