•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le boom dans la pêche au homard provoque une pénurie de bateaux

Bateaux de pêche au homard à Petit-Rocher

Bateaux de pêche au homard à Petit-Rocher

Photo : Radio-Canada/François Vigneault

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La pêche au homard va très bien dans l'ensemble des Maritimes depuis quelque temps, mais ce succès a un revers. Certains pêcheurs n'arrivent pas à mettre la main sur un bateau.

C'est le cas de Craig Smith, de Kelley's Cove, dans le sud-ouest de la Nouvelle-Écosse. Il a vendu son vieux bateau pour aider à financer la construction d'un neuf, mais son nouveau bateau tarde à être livré. Les chantiers navals croulent sous la demande de sorte que son bateau, qui devait être prêt en août dernier, n'est pas encore prêt.

Il s'est tiré d'affaire jusqu'ici en louant des bateaux. Il recevra finalement son nouveau bateau cette semaine. Il devrait être certifié pour la navigation la semaine prochaine.

La location difficile aussi

Selon Craig Smith, il est devenu difficile de trouver des bateaux à louer aussi, en partie parce que la baisse du dollar canadien a poussé des acheteurs américains à chercher des aubaines au nord de la frontière.

« Il y a une pénurie de bateaux d'occasion. On n'en trouve ni à louer ni à acheter. Tout ce qui est associé à des bateaux accuse un retard [de livraison]... les hélices, les moteurs. »

— Une citation de  Craig Smith, pêcheur

Un vendeur d'équipement maritime à Yarmouth, Tim Swim, a entendu beaucoup d'anecdotes sur la difficulté des pêcheurs à renouveler leur matériel.

« J'entends beaucoup la petite phrase : "J'en ai besoin et j'en ai besoin maintenant." Mais ces jours sont révolus. Vous devrez attendre de six mois à un an et demi pour obtenir le bateau que vous voulez. »

Pour la majeure partie de la saison en cours, Craig Smith a loué un bateau, mais il a dû le rendre ce printemps. Il s'en est déniché un autre pendant un mois avant de le perdre aussi. C'est la faute des Américains qui achètent tout ce qui est disponible, selon lui.

Les Américains achètent tout

Il dit avoir reçu des appels d'Américains de la côte est et même de la côte ouest, de l'État de Washington jusqu'à San Diego, en Californie.

.Les Américains recherchent les petits bateaux.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les pêcheurs de homard du sud-est du Nouveau-Brunswick sont prêts à prendre la mer.

Photo : ICI Radio-Canada/Nicolas Steinbach

Les petits homardiers que vendent les pêcheurs néo-écossais pour s'en acheter de plus gros, de plus modernes, sont très prisés des Américains, précise M. Smith.

« Ils n'ont pas le droit de pêcher avec de gros bateaux. Ils doivent se limiter à des bateaux de moins de 40, 45 pieds. Et ces bateaux sont disponibles en Nouvelle-Écosse en ce moment. »

Il conseille à ses confrères de ne pas vendre leurs bateaux avant de pouvoir compter sur un autre - neuf ou d'occasion - pour éviter de se rester pris sur la terre ferme.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Acadie