•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un otage canadien tué aux Philippines

Le reportage de Louis Blouin

L'otage canadien John Ridsdel a été tué aux Philippines par les djihadistes d'Abou Sayyaf, qui avaient exigé en novembre dernier plusieurs millions de dollars en échange de sa libération et de celle de deux autres otages, dont le Canadien Robert Hall. 

Les djihadistes, affiliés au groupe armé État islamique, avaient donné comme date butoir le lundi 25 avril, 15 h. Si le délai n'était pas respecté, ils menaçaient de tuer l'un des trois hommes gardés captifs.

La police philippine affirme avoir retrouvé une tête dans un sac en plastique à Jolo, dans la province de Sulu, cinq heures après l'expiration de la date limite fixée pour le versement d'une rançon.

John Ridsdel, âgé de 68 ans, avait été enlevé en septembre 2015 alors qu'il se trouvait dans la marina appartenant au complexe hôtelier Holiday Oceanview, situé à 975 km au sud-est de la capitale, Manille.

Le Canadien Robert Hall, 50 ans, et sa conjointe Teresita Flor, une Philippine de 40 ans, ainsi qu'un Norvégien de 56 ans, Kjartan Sekkinstad, avaient aussi été kidnappés.

L'armée philippine affirme avoir lancé une opération afin de secourir les otages détenus par le groupe terroriste, qui se trouveraient sur l'île de Jolo dans la province de Sulu. Les islamistes y détiendraient notamment 14 Indonésiens et 4 Malaisiens, des marins kidnappés le mois dernier sur leur bateau-remorque.

M. Ridsdel a été consultant pour la minière TVI Resource Developement Philippines, une filiale de la Canadienne TVI Pacific qu'il a déjà dirigée.

La famille de John Ridsel a émis un communiqué demandant à la presse de respecter son intimité.

« Notre famille est dévastée par la perte de notre père, et notre frère, John Ridsdel, dont la vie a été tragiquement interrompue par un acte de violence insensé, et ce malgré tout ce que nous avons pu faire pour tenter de le ramener à la maison. John était un être gentil, sociable, qui a touché tous ceux qu'il a connus par son enthousiasme et sa générosité. Il aimait la vie et en profitait au maximum avec sa famille et ses amis. Il était aimé par tous ses amis et adoré par ses filles, sa sœur et les autres membres de sa famille. Il nous manquera jusqu'à la fin de nos jours. »

Sur cette carte de l'archipel des Philippines, le cercle noir représente la province de Sulu, où la police affirme avoir découvert la preuve de l'exécution de John Ridsdel. L'hôtel Holiday Oceanview, où il avait été enlevé, est représenté par le cercle jaune qui se trouve tout à droite. Photo : Radio-Canada

Note au sujet de cette carte de l'archipel des Philippines : le cercle noir représente la province de Sulu, où la police affirme avoir découvert la preuve de l'exécution de John Ridsdel. L'hôtel Holiday Oceanview, où il avait été enlevé, est représenté par le cercle jaune qui se trouve tout à droite.

Le groupe Abou Sayyaf

Abou Sayyaf est né d'une ramification, au début des années 1990, d'un autre groupe d'insurgés, le Front Moro islamique de libération. Son but allégué est l'instauration d'un État islamique régi par la charia, dans la partie sud de l'archipel.

En pratique, toutefois, l'organisation séparatiste utilise surtout le terrorisme pour financer son action politique. Ses pratiques comprennent surtout les enlèvements contre rançons, la guérilla, les bombardements et les décapitations. 

Il s'agirait d'une organisation d'environ 400 combattants recrutés au sein de groupes plus ou moins affiliés et surtout organisés autour de clans traditionnels et de liens familiaux. 

Abou Sayyaf a des liens avec Al-Qaïda et est considéré comme une organisation terroriste par les gouvernements du Canada, des États-Unis, de l'Australie et du Royaume-Uni, notamment.

Avec PC

Survol de l'influence de l'EI dans le sud-est de l'Asie

Ottawa dénonce une « mort inutile »

« Le Canada condamne sans réserve la brutalité des ravisseurs et cette mort inutile », a dit lundi, en conférence de presse, le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, qui se dit « outré » par ce meurtre « commis de sang-froid ».

« L'entière responsabilité » de cette mort revient « au groupe terroriste qui a pris la victime en otage », a-t-il ajouté. 

Le gouvernement du Canada est déterminé à travailler avec le gouvernement des Philippines et des partenaires internationaux pour trouver les auteurs de ces actes haineux et les traduire en justice.

Justin Trudeau, premier ministre du Canada

M. Trudeau a offert ses condoléances aux proches de M. Ridsdel, soulignant la « terrible épreuve » qu'ils viennent de vivre. 

Le premier ministre a terminé en disant ne pas vouloir faire de commentaires qui pourraient « compromettre les efforts en cours », sans ajouter plus de détails. 

Avec les informations de Associated Press, et CBC

International