•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le lait diafiltré oblige des producteurs à vendre leur quota

Les vaches laitières de la Ferme Desvoyer à Rimouski.

Les vaches laitières de la Ferme Desvoyer à Rimouski.

Photo : ICI Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Il est minuit moins une pour les producteurs de lait. Depuis des mois, les manifestations se multiplient pour forcer le gouvernement à faire cesser l'importation de lait diafiltré en provenance des États-Unis. Selon le président du Syndicat des producteurs de lait du Bas-Saint-Laurent, Gabriel Belzile, les pertes des agriculteurs sont si grandes que plusieurs songent maintenant à mettre la clef sous la porte.

Le président du Syndicat des producteurs de lait du Bas-Saint-Laurent, Gabriel BelzileAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le président du Syndicat des producteurs de lait du Bas-Saint-Laurent, Gabriel Belzile

Photo : ICI Radio-Canada

Gabriel Belzile répète que, chaque mois, les producteurs de lait perdent des milliers de dollars en raison du concentré protéinique américain qui est importé sans tarif douanier. Il affirme qu'un de ses collègues l'a appelé dimanche pour lui dire qu'il vendait son quota : « C'est réellement à cause du prix du lait qui a baissé dernièrement. Les financiers n'ont plus confiance en ses projets. Ça, c'est un cas direct que j'ai connu hier au soir. » Gabriel Belzile ajoute que ce producteur n'est pas le seul dans cette situation :

Il y a d'autres producteurs sur leur ferme présentement qui ne savent plus quand ils vont tirer la plug, parce que ça commence à être difficile.

Gabriel Belzile, président du Syndicat des producteurs de lait du Bas-Saint-Laurent

Le NPD souhaite qu'Ottawa agisse rapidement

Le député de Rimouski-Neigette-Témiscouata-Les Basques, Guy Caron, affirme que le gouvernement Trudeau ne semble pas comprendre l'urgence de la situation. Son parti a d'ailleurs déposé une motion en ce sens jeudi dernier à la Chambre des communes afin qu'Ottawa règle la question dans les plus brefs délais.

Guy Caron souhaite que le gouvernement uniformise sa réglementation quant au lait diafiltré, qui est considéré comme un concentré protéique lorsqu'il traverse la frontière, mais comme du lait lorsqu'il arrive dans les industries de transformation :

On veut une définition unifiée pour s'assurer que ce soit considéré comme du lait et [...] que la gestion de l'offre soit respectée.

Guy Caron, député néodémocrate de Rimouski-Neigette-Témiscouata-Les Basques

La motion présentée par le NPD doit être soumise au vote la semaine prochaine.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Est du Québec