•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Si nous laissons faire [...], nous acceptons la discrimination raciale contre des enfants » — Cindy Blackstock

Des enfants dans la communauté autochtone d'Attawapiskat, en décembre 2011

Des enfants dans la communauté autochtone d'Attawapiskat, en décembre 2011

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

Radio-Canada

L’écart se creuse entre les enfants des Premières Nations et les autres enfants canadiens quant aux subventions qu’ils reçoivent pour des services de base. C’est ce que révèlent des documents soumis dans le cadre d’une enquête du coroner sur la mort de sept jeunes autochtones à Thunder Bay entre 2000 et 2011.

Ces informations du ministère des Affaires autochtones et du Nord Canada sur les dépenses montrent l’impact du plafond de 2 % imposé en 1996 sur les augmentations annuelles des budgets des Premières Nations.

Les documents montrent que les subventions pour les Premières Nations ont diminué de près de 30 % en tenant compte de l'inflation et de la croissance démographique depuis 1994, alors que le financement pour les autres Canadiens a augmenté.

« Si nous laissons faire, alors en tant que peuple nous acceptons la discrimination raciale contre des enfants comme une mesure de restriction budgétaire », estime Cindy Blackstock, la directrice de la Société de soutien à l'enfance et à la famille des Premières Nations du Canada.

Cindy BlackstockAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Cindy Blackstock

Photo : CBC

En janvier dernier, le Tribunal canadien des droits de la personne a d’ailleurs conclu que le gouvernement fédéral s’est rendu coupable de discrimination à l’endroit des enfants autochtones en ne leur fournissant pas le même niveau de services sociaux que ce qui est offert aux autres enfants canadiens.

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a affirmé que son gouvernement lèvera le plafond de 2 %, mais on ignore quand les budgets des Premières Nations seront ajustés.

L’exemple de Neskantaga

« Nous avons maintenant 8,4 milliards de dollars dans le programme et ensemble avec votre chef et votre grand chef, nous allons faire en sorte de répartir ça équitablement et nous assurer que les gens soient logés correctement et que les avis de faire bouillir l’eau soient levés », a dit la ministre des Affaires autochtones, Carolyn Bennett le 15 avril lors d’une rencontre communautaire dans la Première Nation de Neskantaga.

Une journée dans la réserve autochtone de Neskantaga

Neskantaga comme des dizaines d’autres réserves du nord de l’Ontario n’a pas accès à de l’eau potable et fait face à des problèmes de surpopulation dans des logements souvent vétustes.

Il n’y a pas non plus d’école secondaire et les enfants doivent quitter leur maison dès l’âge de 13 ans pour poursuivre leur scolarité.

Un lien avec les tentatives de suicide?

Cindy Blackstock dit que l’argent promis par les libéraux sur cinq ans ne sera pas suffisant pour combler l’écart de financement en particulier pour les services aux enfants des Premières Nations qui selon elle, reçoivent un message difficile de la part du gouvernement.

Ils s’expliquent ces inégalités par des lacunes personnelles. Ils se disent qu’ils ne doivent pas être assez intelligents, qu’ils ne sont pas assez bien et ce sont les véritables dommages de ce genre de discrimination et de ce type d’inégalité dans le financement fédéral.

Cindy Blackstock, la directrice de la Société de soutien à l’enfance et à la famille des Premières Nations du Canada

La défenseure des droits des enfants croit que ce sentiment d’infériorité explique notamment les taux élevés de tentatives de suicide et de suicides chez les jeunes autochtones et que les Canadiens peuvent être convaincus de dépenser plus pour leur bien-être.

« Je ne pense pas que les Canadiens veulent être connus comme un groupe qui est prêt à financer des choses comme des arénas et des autoroutes en faisant de la discrimination raciale contre des enfants », affirme Cindy Blackstock, ajoutant que chaque dollar que le gouvernement dépense pour un enfant permet d’en économiser vingt « au bout du compte ».

Nord de l'Ontario

Autochtones