•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les compressions chez Cameco étaient prévisibles, selon un expert

La mine d'uranium de Rabbit Lake en Saskatchewan.

La mine d'uranium de Rabbit Lake en Saskatchewan.

Photo : CBC

Radio-Canada

La mise à pied de 500 travailleurs de Cameco à Rabbit Lake, dans le nord de la Saskatchewan, était à prévoir, selon Yan Cimon, professeur à la faculté d'administration de l'Université Laval, au Québec.

« Le marché de l'uranium en ce moment est clairement dans une situation où il y a un surplus d'offres, explique Yan Cimon. Ça cause une pression assez forte sur les prix à court terme. C'était donc inévitable que certains joueurs allaient devoir réorganiser leurs opérations. »

Il estime toutefois qu'il y a un espoir de voir le marché se redresser.

« À long terme, la demande semble tout de même robuste pour le marché de l'uranium, mentionne-t-il. Le Canada, la France et d'autres pays avec qui Cameco fait affaire ont des parcs nucléaires importants. Le monde ne pourra pas se débrancher du nucléaire du jour au lendemain, mais à court et moyen terme, c'est certain qu'il risque d'y avoir plus de turbulences. »

Un impact sur les Premières Nations

La plupart des gens qui se retrouveront sans emploi sont originaires des Premières Nations, souligne Heather Exner-Pirô, spécialiste dans la gouvernance du nord de la province et dans l'engagement des Premières Nations à l'Université de la Saskatchewan. Elle se demande également comment ce vide pourra être comblé.

Les difficultés dans l'industrie minière ne la surprennent pas, c'est plutôt le nombre d'emplois perdus qui la fait sursauter.

« L'exploitation minière, c'est une industrie cyclique, alors, oui, c'était prévu, explique-t-elle. Mais je pense que personne ne pensait que 500 personnes allaient être sans emploi. »

« Une terrible nouvelle »

Le premier ministre Brad Wall qualifie ces pertes d'emplois de terribles pour le nord de la province.

Brad Wall indique qu'une équipe du ministère de l'Économie va aider ceux qui ont perdu leur emploi. Il dit toutefois croire que la mine va rouvrir lorsque le marché de l'uranium s'améliorera.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saskatchewan

Ressources naturelles