•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Contamination de l'eau à Flint : trois fonctionnaires devant la justice

Château d'eau de Flint au Michigan

Photo : Christian Noël

Radio-Canada

Les résidents de Flint, au Michigan, ne décolèrent pas, malgré les accusations déposées aujourd'hui dans le scandale de l'eau contaminée au plomb dans cette ville.

Un texte de Christian NoëlTwitterCourriel

Trois responsables de la qualité de l'eau potable au département de l'Environnement du Michigan et à la Ville de Flint font face à 13 chefs d'accusation.

Le procureur Bill Schuette les accuse d'avoir enfreint la loi sur l'eau potable, de faute professionnelle grave, de destruction d'un bien public et de falsification de preuve.

« Ils ont essayé de cacher la vérité aux citoyens et aux autorités gouvernementales par des gestes intentionnels, a-t-il déclaré. Ils ont failli à leur devoir de protéger le public, ils ont laissé tomber les gens de Flint. »

Les accusés encourent 5 ans de prison et 10 000 $ d'amende pour chacune des 13 accusations

Les accusés :

  • Mike Glasgow, superviseur du laboratoire de la qualité de l'eau de Flint (deux chefs d'accusation)
  • Mike Prysby, cadre au département de l'Environnement du Michigan (six chefs d'accusation)
  • Stephen Bush, coordonnateur de la qualité de l'eau potable de l'État (cinq chefs d'accusation)

Deux ans sans eau potable

En avril 2014, la Ville de Flint a changé sa source d'approvisionnement en eau potable dans le but d'économiser de l'argent. Elle a abandonné le système de la Ville de Détroit pour puiser son eau dans la rivière Flint. Mais l'eau était plus corrosive; elle a rongé les canalisations et a contaminé l'eau au plomb.

Douze personnes sont mortes. Des milliers d'enfants et d'habitants de Flint ont eu des problèmes de santé liés aux systèmes nerveux, immunitaire et digestif, en plus de graves problèmes de peau.

Des tests démontrent que les enfants de Flint ont un taux de plomb dans le sang deux fois plus élevé que la moyenne nationale.

Pendant des mois, les autorités assuraient que l'eau était sécuritaire, malgré les plaintes des citoyens. L'eau était brunâtre et nauséabonde. Même l'usine de General Motors a cessé de l'utiliser parce qu'elle faisait rouiller ses véhicules.

Le procureur du Michigan affirme maintenant que les responsables ont agi de manière criminelle, notamment en falsifiant des tests d'eau potable pour qu'elle paraisse moins contaminée.

Distribution d'eau potable à Flint, au MichiganAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Distribution d'eau potable à Flint, au Michigan

Photo : Christian Noël/ICI Radio-Canada

Des résidents en colère

Les accusations n'ont pas apaisé la colère de nombreux résidents. 

« À la maison, je ne peux pas prendre mon bain, ou laver mes légumes avec l'eau du robinet, même deux ans après le début de la contamination, dit Michelle. Ces gens-là devraient se mettre dans nos souliers pour comprendre notre misère. »

« Les procureurs devraient remonter jusqu'au bureau du gouverneur du Michigan, Rick Snyder, dit Edward, un autre citoyen en colère. C'est lui qui est responsable de ces décisions, c'est à cause de lui qu'ils ont attendu si longtemps avant d'avertir la population que l'eau était contaminée. »

« Je ne me sentirai pas en sécurité tant que les canalisations contaminées n'auront pas toutes été remplacées », dit une autre citoyenne.

Le procureur général du Michigan, Bill Schuette, prévient que les trois personnes accusées aujourd'hui ne seront pas les seules. « Il y en a encore d'autres à venir. [...] Personne ne sera écarté de l'enquête, personne n'échappera à la justice. »

Mais cela pourrait prendre plusieurs années et coûter des centaines de millions de dollars.

Survol des problèmes d'eau contaminée aux États-Unis et au Canada

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

International