•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La biographie de Jacques Parizeau en 3 tomes, de Pierre Duchesne (Québec Amérique)

Le choix de Marie-Christine Trottier

Le choix de Marie-Christine Trottier

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Choisi par Marie-Christine Trottier
Animatrice des émissions La mélodie de bonne heure (Nouvelle fenêtre)
En semaine de 7 h à 8 h 30
Et Marie-Christine le dimanche (Nouvelle fenêtre)
Le dimanche de 12 h à 14 h
 (Nouvelle fenêtre)
ICI Musique

RÉSUMÉ

Le croisé (1930-1980) : Ce premier tome aborde la petite enfance, la formation et les premiers pas en politique de l'ex-premier ministre. Le récit se termine au moment où le Parti québécois se relève péniblement des conséquences de la crise d'Octobre.
Le baron (1970-1985) : Qu'il soit question de la relation de Parizeau et de René Lévesque, du militantisme, des soupçons concernant l'espionnage du fédéral, des élections, des premiers budgets en tant que ministre des Finances, du premier référendum ou du cas Claude Morin, tout y est dit en tenant compte des amitiés, des fidélités, mais aussi des trahisons et des oppositions rencontrées durant l'action.
Le régent (1985-1995) : On nous révèle les conditions réelles de la fondation du Bloc québécois, les enjeux et les jeux de coulisse entourant les accords de Charlottetown et du lac Meech, la nature très singulière des relations entre Jacques Parizeau et Lucien Bouchard, les nombreuses tractations diplomatiques pour préparer une éventuelle reconnaissance d'un État souverain ainsi, bien sûr, que toutes les intrigues entourant la dernière aventure référendaire.


EXTRAIT

« Un soir, Jacques Parizeau revient à la maison et dépose sur la table de la salle à dîner une liasse de documents qui sèment aussitôt l'émoi chez son père. Bien qu'il ait toujours encouragé l'exploration intellectuelle, Gérard Parizeau est alarmé par ces discours de Lénine en plusieurs exemplaires. Une image de Maurice Richard est agrafée sur chacune des feuilles. Gérard Parizeau savait que la fougue du célèbre numéro neuf pouvait lui faire voir rouge, mais de là à ce que le joueur du Canadien milite pour le parti communiste! Le fils éclate de rire. « Non, père! Il s'agit de tracts du parti communiste que nous avons distribués à la sortie du Forum. » Le père est sidéré. « Que vous avez distribué? Mais de qui parles-tu? - De mes contacts dans le parti communiste », répond placidement le jeune homme de 17 ans. »

— Une citation de  Extrait de « La biographie de Jacques Parizeau », de Pierre Duchesne

POURQUOI CE LIVRE FAIT PARTIE DES INCONTOURNABLES

Cette vie brillamment racontée représente pour moi une passionnante leçon d'histoire du Québec. De la création du ministère de l'Éducation jusqu'à la défaite référendaire de 1995, j'ai été happée par l'accomplissement extraordinaire de Monsieur Parizeau. Il aurait pu être un grand professeur d'université à Londres, être conseiller d'entreprise, être gouverneur de la Banque du Canada, il a décidé de s'engager publiquement pour la population du Québec. Il n'a pas pris un chemin facile. Sa prise de conscience nationaliste, sa priorité pour l'éducation et l'économie, sa peur que le Québec manque le nouveau siècle, Pierre Duchesne nous décrit tout ça de manière vibrante. Le Québec moderne doit beaucoup au très regretté Monsieur Parizeau.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !