•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vancouver fustige le gouvernement Trudeau sur la question des pipelines

Le maire Gregor Robertson
Photo: ICI Radio-Canada

Dans une lettre envoyée au gouvernement fédéral, le maire de Vancouver Gregor Robertson critique Ottawa sur sa méthode d'évaluation des projets de pipelinenotamment celui de la pétrolière Kinder Morgan, qui souhaite tripler la capacité de son oléoduc Trans Mountain reliant l'Alberta à la côte britanno-colombienne.

Selon Gregor Robertson, les émissions de gaz à effet de serre provenant de la combustion du pétrole de l'oléoduc Trans Mountain auront « un impact 10 fois plus important que ceux déjà calculés ». Des affirmations qui reposent sur des données datant de 2014 récoltées pour la municipalité par l'économiste Mark Jaccard, de l'Université Simon Fraser.

Le maire souligne que ce projet est néfaste pour la Ville de Vancouver sur les plans environnemental et économique.

Mais c'est l'argument inverse qui est brandi par les gouvernements albertain, saskatchewanais et même britanno-colombien qui sont largement en faveur du développement du secteur des ressources naturelles.

Le projet Trans Mountain, d'un coût de 6,8 milliards de dollars, a déjà été rejeté par la province, mais l'Office national de l'énergie doit faire ses recommandations au fédéral d'ici le 20 mai prochain. Ottawa aura ensuite jusqu'à décembre pour trancher.

S'il est approuvé, le nouveau pipeline Trans Mountain permettra d'acheminer quotidiennement 890 000 barils de produits pétroliers depuis l'Alberta vers le port de Burnaby.

Colombie-Britannique et Yukon

Industrie pétrolière