•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fosses septiques : insatisfaction face aux nouvelles mesures du gouvernement

Preissac, Abitibi

Preissac, Abitibi

Photo : ICI Radio-Canada / Émilie Parent-Bouchard

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des petites municipalités de la région sont inquiètes des solutions de rechange proposées par le gouvernement du Québec concernant les installations septiques des résidences isolées. Le ministre du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, David Heurtel, est venu à Val-d'Or la semaine dernière pour présenter ces modifications au Règlement sur l'évacuation et le traitement des eaux usées des résidences qui ne sont pas connectées à un système d'aqueduc. À Preissac, les inquiétudes sont particulièrement vives en raison de la problématique des sols argileux, qui limitent les possibilités pour les propriétaires.

Avec les informations d’Émilie Parent-BouchardTwitterCourriel

De nombreuses inquiétudes

D'abord séduit par ce qu'il qualifiait « d'ouverture » de la part du gouvernement, le maire de Preissac, Stéphan Lavoie, a déchanté lorsqu'il a compris que ses installations septiques à la maison, installées récemment, ne sont pas conformes aux nouvelles propositions ministérielles. Il souligne que de nombreux citoyens lui ont communiqué des inquiétudes semblables.

« Il y a deux ans, personnellement, je voulais faire une installation au compost, mais à ce moment-là, ce n'était pas conforme, dit-il, donc j'ai [choisi] le moyen le plus conforme que l'inspecteur de la municipalité acceptait, c'était une fosse avec un filtre à sable et un champ de polissage. »

Des problèmes avec les terrains argileux

Pour l'inspecteur municipal de Preissac, François Perron, les critères du ministère ne permettent pas aux propriétés construites sur un terrain argileux d'être totalement conformes avec ce système. Il déplore les coûts pour une conformité totale. Selon lui, ces installations respectent pourtant l'esprit de la loi.

« La fosse septique avec filtre à sable classique et le champ de polissage, c'est en tous points conforme avec le règlement, sauf pour une chose : le sol d'infiltration, qui doit être du sol naturel, il est transporté, on amène du gravier [...] Ça, ce n'est pas conforme parce que ce n'est pas du sol naturel. Il a été transporté. C'est le seul point qui n'est pas conforme », explique-t-il.

On peut être conforme au règlement le plus possible, mais si on est conforme à 98 %, si le 2 % coûte 20 000 $ de plus, moi je pense qu'effectivement c'est un peu exagéré.

Une citation de :François Perron

François Gendron déçu

Par ailleurs, le député d'Abitibi-Ouest, François Gendron, s'est dit déçu des mesures annoncées par David Heurtel. « Les modifications proposées ne touchent que les chalets et les riverains. La très grande majorité des résidents de même que les municipalités qui sont responsables de l'application de ces normes environnementales devront s'armer de patience et attendre une deuxième phase qui viendra on ne sait quand », a-t-il déclaré par voie de communiqué.

Le ministère de l'Environnement n'a pas voulu commenter, évoquant les consultations publiques à ce sujet prévues cette semaine. Cependant, comme le maire de Preissac, le ministère invite les citoyens à transmettre leurs préoccupations à sa Direction des eaux usées, dans le délai de 60 jours prévu à cet effet.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !