•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Terrorisme : de nouveaux enregistrements au procès Nuttall-Korody contre la police

Un dessin de cour montre John Nuttall et Amanda Korody à leur procès à Vancouver le 29 mai 2015.

Un dessin de cour montre John Nuttall et Amanda Korody à leur procès à Vancouver le 29 mai 2015.

Photo : La Presse canadienne / Felicity Don

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les avocats de John Nuttall et d'Amanda Korody, reconnus coupables de complot terroriste au parlement de Victoria en 2011, ont présenté de nouveaux enregistrements vidéo et audio, lors du nouveau procès les opposant aux forces de l'ordre.

Dans ce procès, la défense souhaite prouver que la Gendarmerie royale du Canada (GRC) et son agent d'infiltration ont utilisé une manoeuvre visant à encourager le couple à passer à l'acte.

Les quatre heures d'enregistrement étaient entendues pour la première fois par un juge. Ces enregistrements n'avaient pas été jugés suffisamment pertinents pour être présentés au jury du premier procès du couple. La défense veut prouver que la police aurait incité le couple à concevoir des bombes artisanales prévues pour exploser le jour de la fête du Canada en 2013 à Victoria.

En juin 2015, John Nuttall et Amanda Korody avaient été reconnus coupables de plusieurs accusations liées à des actes de terrorisme.

La peine du couple n'avait toutefois pas encore été déterminée, du fait du nouveau procès. S'il est prouvé qu'un agent de la GRC a bel et bien usé d'une telle manoeuvre envers le couple, leur peine pourrait être allégée.

John Nuttall et Amanda Korody dans une capture d'écran tirée d'une vidéo de surveillance tournée à leur insu par des agents infiltrés de la GRC.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

John Nuttall et Amanda Korody dans une capture d'écran tirée d'une vidéo de surveillance tournée à leur insu par des agents infiltrés de la GRC.

Photo : GRC

Pendant le premier procès, John Nuttall et Amanda Korody ont été décrits comme des ex-toxicomanes qui vivaient de l'aide sociale et qui avaient été radicalisés sur Internet. Les notes des policiers laissaient entendre que M. Nuttall pourrait souffrir d'un « retard de développement ».

Au début de l'année, la Presse canadienne avait révélé que la GRC a dépensé 900 000 $ en heures supplémentaires dans le cadre de son enquête sur le couple Nuttall-Korody.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.