•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Alphabétisation : besoins grandissants et soutien insuffisant

Des manifestants ont pris la parole sur la Promenade du littoral à Rimouski.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Une quarantaine de personnes ont manifesté lundi à Rimouski pour réclamer un meilleur soutien financier du gouvernement du Québec aux organismes d'aide à l'alphabétisation.

Des groupes comme le Centre d'apprentissage Clé de Saint-Cyprien ou CLEF Mitis-Neigette réclament une bonification de leurs subventions qui n'ont pas été indexées au coût de la vie depuis près de 10 ans.

Plusieurs manifestants étaient des usagers des groupes d'alphabétisation. Certains ont parlé des défis qu'ils vivent en raison de leur difficulté à lire et à écrire.

Selon les organismes régionaux, 19 % de la population bas-laurentienne est considérée analphabète.

Le député péquiste de Rimouski à l'Assemblée nationale, Harol Lebel, est venu appuyer les manifestants. « Quand t'es pas capable de lire les nouvelles, de voir ce qui se passe autour de toi, t'es pas capable de te défendre, de défendre tes droits », a-t-il déclaré aux gens présents.

Il y a pas de honte à ne pas être capable ou à avoir de la difficulté, mais c'est honteux pour une société de pas avoir de monde qui puisse vous aider.

Harold Lebel, député péquiste de Rimouski

La semaine dernière, Québec a annoncé une augmentation des budgets pour les groupes d'alphabétisation, mais le montant accordé ne représentait pas 10 % de ce que réclament ces groupes.

Un manifestant à Rimouski lundi.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un manifestant à Rimouski lundi.

Photo : Radio-Canada

Les quatre groupes d'alphabétisation du Bas-Saint-Laurent dénoncent leur situation financière précaire, alors que les besoins sont grands. Ils veulent également être reconnus par le gouvernement du Québec comme des acteurs incontournables de la lutte contre l'analphabétisation.

La coordonnatrice du Centre CLEF Mitis-Neigette, Lucille Roy, indique que les organismes font déjà des levées de fonds dans le milieu et auprès des communautés religieuses, par exemple, mais qu'ils sont de plus en plus nombreux à les solliciter :

Si le gouvernement ne nous vient pas en aide, je me demande où on va pouvoir trouver les sous pour pouvoir intervenir auprès de ces gens-là.

Lucille Roy, coordonnatrice du Centre CLEF Mitis-Neigette

Des représentants de ces organismes vont remettre un texte aux députés du Bas-Saint-Laurent afin qu'ils portent leur message à l'Assemblée nationale.

D'après les information de Denis Leduc.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Est du Québec

Société