•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Allez-vous voter le 19 avril?

Louis-Philippe LeBlanc
Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Lors du dernier scrutin, 343 708 Manitobains ne se sont pas prévalus de leur droit de vote; un peu moins de 56 % des électeurs ont fait entendre leur voix le 4 octobre 2011, et rien ne laisse présager que le portrait changera pour la 41e élection générale.

Une analyse de Louis-Philippe LeBlancTwitterCourriel

Depuis 15 ans, les taux de participation aux élections générales sont au-dessous de la barre des 60 %, même s'il est de plus en plus facile de voter. On n'a qu'à regarder les chiffres du vote par anticipation. Cette année, un nombre record de 109 078 Manitobains ont profité des 8 jours de vote par anticipation pour exercer leur droit, soit un électeur sur 7.

Il est intéressant de constater que les Manitobains votent moins aujourd'hui qu'en 1874. Pour la 2e élection générale du Manitoba, la première dont le taux de participation est disponible, un peu moins de 62 % des 4402 électeurs inscrits avaient voté.

La prochaine élection ne laisse pas présager un meilleur taux de participation. Depuis le début de la campagne électorale, le nombre d'indécis oscille entre 20 et 30 %.

Est-ce que cette campagne électorale va pousser les indécis à sortir voter? C'est la question à laquelle les partis politiques tentent de répondre. Si les conservateurs disposent d'un électorat stable et discipliné, c'est l'incertitude du côté du NPD, des libéraux et des verts. Il semble que la recette pour motiver les électeurs contemporains à voter n'ait pas encore été trouvée.

Le culte du chef

Et si le problème du taux de participation reposait sur les chefs? Depuis des années, les partis politiques affinent leur technique. Une des stratégies utilisées, c'est de miser sur le chef : on résume l'essence d'une idéologie politique, sa saveur, au chef. Mais il s'agit d'un pari risqué : les Manitobains ont l'impression d'avoir peu de choix, car il y a seulement quelques chefs alors qu'il y a en fait plus de 200 candidats.

La tradition britannique sur laquelle notre système parlementaire est basé a aussi sa part de responsabilité. C'est un système qui vise à légitimer des gouvernements majoritaires et stables et qui instaure le concept d'opposition officielle. Bref qui facilite le bipartisme ou qui, à l'inverse, mène la vie dure aux petits partis. Ce système pousse les partis politiques vers le centre du spectre politique, excluant du débat des enjeux peut-être diviseurs, mais qui pourraient être utiles pour la société. C'est peut-être à ce moment que 343 708 personnes décident de ne pas voter.

Élections Manitoba 2016 : section spéciale

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !