•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Semaine nationale du don d'organes et de tissus 

Chargement de l’image

Photo : iStock

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Semaine nationale du don d'organes et de tissus se tient du 17 au 24 avril.  Selon Transplant Québec, 856 Québécois sont en attente d'une transplantation d'organes.

La Fondation canadienne du rein souhaite inciter les gens à signer leur carte de don d'organes.   Selon la section Abitibi-Témiscamingue de la Fondation canadienne du rein, en 2014, environ 500 patients étaient suivis par l'un des quatre centres de dialyse de la région. 

C'est pourquoi, selon l'agente de développement de la Fondation pour l'Abitibi-Témiscamingue, Nicole Jalbert, le don de rein est important.

« La dialyse, c'est juste pour continuer à vivre, la solution, c'est un rein.  C'est pour ça que c'est important de signer sa carte, pour donner son rein à sa mort. En 2015,  il y a eu 343 greffes rénales dans la province et dans la région, il y en a eu deux-trois. Dans la province, il y a 600 personnes en attente et dans la région, il y en a beaucoup. »

— Une citation de  L'agente de développement de la Fondation pour l'Abitibi-Témiscamingue, Nicole Jalbert

Un citoyen de Rouyn-Noranda, Yves Dumulon, a reçu une greffe de rein en 2000, après avoir subi des traitements de dialyse pendant 15 ans.  Aujourd'hui, il vit le plus normalement du monde avec cet organe qui lui a permis d'avoir une nouvelle vie.

« Ça m'a donné carrément une nouvelle vie, ça m'a permis de pouvoir travailler à temps plein et de pouvoir avoir des activités.  C'est très important de donner et aussi c'est de redonner à quelqu'un, alors que nous, on s'en sert plus de ces organes-là. »

— Une citation de  Le greffé, Yves Dumulon

Un problème qui touche les autochtones

Nicole Jalbert fait également état du nombre important de personnes d'origine autochtone de la région qui souffrent d'insuffisance rénale.

« Les problèmes de rein touchent beaucoup les autochtones. On évalue à 30% des patients sont autochtones dans la région. Les raisons qui amènent que l'on soit en problèmes rénaux, ce sont l’obésité, l'hypertension et le diabète. »

— Une citation de  L'agente de développement de la Fondation pour l'Abitibi-Témiscamingue, Nicole Jalbert

Plusieurs activités sont au programme de la Fondation canadienne du rein à l'occasion de la Semaine nationale du don d'organes et de tissus.  Une conférence de presse aura lieu mardi à Val-d'Or.

Des marches sont également prévues à Rouyn-Noranda et à Val-d'Or le 29 mai.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !