•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Harvey, de Janice Nadeau et Hervé Bouchard (La Pastèque)

Aviron sur la rivière des Mille-îles

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Choisi par Marie Villeneuve
Animatrice de Phare Ouest
Colombie-Britannique et Yukon
ICI Radio-Canada Première
En semaine de 6 h à 9 h

RÉSUMÉ

Quelle image gardons-nous des gens qui meurent? Nous pouvons voir la même personne, mais chacun d'entre nous avons une image différente de celle-ci. Nul ne voit ce qu'il y a de vrai pour lui seul. Et s'il suffisait d'écouter ceux qui regardent? Lauréat de sept récompenses, dont deux Prix littéraires du gouverneur général, Harvey raconte, avec la naïveté d'un narrateur enfant, l'histoire d'un jeune orphelin à l'imagination fertile bouleversé par la mort de son père. Une rencontre extraordinaire entre une illustratrice d'exception et un écrivain qui travaille la langue comme le boulanger, le pain et le forgeron, l'acier.


EXTRAIT

« J'ai entendu que notre porte s'ouvrait avec fracas, puis ma mère Bouillon qui criait le nom de mon père Bouillon. Et j'ai entendu qu'on dévalait les marches en bois de la galerie puis qu'on roulait quelque chose dans l'entrée, qui passa tout près de nous. Et j'ai entendu des voix d'hommes que je ne connaissais pas et d'autres bruits de portes. »

— Une citation de  Extrait de « Harvey », de Janice Nadeau et Hervé Bouchard

POURQUOI CE LIVRE FAIT PARTIE DES INCONTOURNABLES

Harvey, c'est d'abord la rencontre d'une grande beauté entre l'écrivain Hervé Bouchard et l'illustratrice Janice Nadeau. Un petit roman graphique où le petit Harvey raconte le printemps où il est devenu invisible. Un après-midi, en rentrant à la maison, son frère et lui comprennent lentement que leur père Bouillon est mort. On y raconte le deuil, la disparition d'un parent quand on est petit, la façon de s'échapper de cela et aussi d'en souffrir. C'est la naïveté et la vérité de l'enfance. Comment on observe et on regarde le monde. Hervé Bouchard a ce talent pour écrire la vie très justement, et les illustrations de Janice Nadeau sont exactement ce qu'il faut à cette histoire : sensibles, justes, belles et efficaces. Ce qui fait d'Harvey le parfait mélange de deux grands talents.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !