•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Exclusif
  • Le Canada ferme le consulat de Syrie à Montréal

    Les locaux du consulat de Syrie à Montréal, désormais fermé.

    Photo : Thomas Gerbet

    Radio-Canada

    Une lettre obtenue par Radio-Canada révèle que le gouvernement canadien impose la fermeture du consulat syrien de Montréal et met fin au mandat de la consule honoraire, une partisane assumée de Bachar Al-Assad. Ce consulat était le seul point de service pour tous les Syriens installés dans l'est du Canada et des États-Unis.

    Un texte de Thomas GerbetTwitterCourriel

    Les Syriens sont encore nombreux à défiler, papiers à la main, au consulat du boulevard de la Côte-Vertu, à Montréal. Ils n'ont pas été informés de la fermeture. À l'intérieur, une employée est chargée de leur rendre les documents qu'ils avaient confiés.

    « Comment je vais faire pour renouveler mon passeport ou certifier mes diplômes? », demande un Syrien, dans le corridor. « Envoyez les papiers par la poste à Vancouver », répond l'employée. Le consulat situé à 4000 kilomètres est désormais l'unique représentation consulaire de Syrie dans toute l'Amérique du Nord.

    Plus de 80 % des Canadiens d'origine syrienne vivent au Québec et en Ontario (40 % à Montréal uniquement). La métropole québécoise est aussi la ville canadienne qui a accueilli le plus de réfugiés syriens ces derniers mois. 

    « C'est beaucoup de désorganisation », se plaint une juriste qui s'est déplacée vendredi au consulat de Montréal pour représenter un client de New York, « Ça fait deux semaines qu'on essaie d'appeler, sans succès ». 

    L'ambassade syrienne à Ottawa a été fermée en 2012, lorsque le Canada a expulsé les diplomates syriens. Les consuls honoraires avaient pu rester en poste, car leur mandat est purement administratif et non diplomatique. Ils exercent en principe bénévolement, sans être employés de l'État qu'ils représentent. 

    Pourquoi le consulat est-il forcé de fermer?

    Lettre du ministère des Affaires étrangères annonçant le non renouvellement de la consule.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

    Lettre du ministère des Affaires étrangères annonçant le non renouvellement de la consule.

    La lettre adressée par le ministère des Affaires étrangères canadien à la Mission permanente de la République arabe syrienne auprès des Nations Unies indique que Nelly Kanou ne peut plus exercer comme consule honoraire, que le local situé au 235 Côte-Vertu ne peut plus être identifié comme consulat et ses archives doivent être relocalisées.

    Contacté à ce propos, le ministère n'a voulu révéler aucune information. « La mise en place des missions diplomatiques étrangères et les postes consulaires au Canada sont des questions de relations étrangères qui sont menées de façon confidentielle entre États. », écrit la porte-parole Amy Mills, dans un courriel.

    Deux éléments pourraient avoir joué dans la décision d'Ottawa : les opinions prorégime de la consule et sa récente condamnation pour avoir vendu sans autorisation une grande quantité de médicaments destinés à la Syrie.

    Nelly Kanou, partisane de Bachar Al-Assad

    Nelly Kanou est devenue consule honoraire de Syrie en 2008. Cette photo accompagnée de Bachar Al-Assad est affiché sur le mur du consulat.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

    Nelly Kanou est devenue consule honoraire de Syrie en 2008. Cette photo accompagnée de Bachar Al-Assad est affiché sur le mur du consulat.

    La désormais ex-consule a accepté de nous accorder une entrevue. Nelly Kanou regrette que le point de services soit forcé de fermer « à un moment critique et difficile pour les Syriens », qui s'installent par milliers au Canada et vivent « une situation humanitaire extrêmement urgente ».

    Selon l'ONU, la guerre civile en Syrie a fait plus de 250 000 morts, forcé plus de 4 millions de personnes à fuir à l'étranger et 6,5 millions d'autres à se déplacer à l'intérieur du pays. Le conflit armé a également placé 13,5 millions d'habitants dans une situation où ils ont un besoin urgent d'aide humanitaire (nourriture et médicaments notamment). Le régime de Bachar Al-Assad est jugé responsable de la majorité des victimes.

    Nelly Kanou, Canado-Syrienne, chrétienne, immigrée en 1985, assume son soutien au régime de Bachar Al-Assad, mais assure qu'elle servait tous ses compatriotes, quelle que soit leur opinion : « pour nous, un Syrien, c'est un Syrien. [...] Tout ce que je voulais, c'est aider le peuple syrien ».

    Monsieur Al-Assad m'a nommée en raison de ma fidélité pour la communauté syrienne, ici, à Montréal.

    Nelly Kanou, ex-consule de Syrie à Montréal.

    Questionnée sur la présence de plusieurs photos du dictateur dans son bureau, Nelly Kanou rappelle qu'en tant que consule honoraire, elle représente « l'État syrien ». « L'État existe encore », affirme-t-elle. « Les institutions continuent de fonctionner. [...] Docteur Bachar Al-Assad, c'est le président, il a été réélu il y a deux ans. »

    L'affaire des médicaments

    Le 9 septembre 2015, Nelly Kanou, qui est également pharmacienne propriétaire, a été radiée temporairement par le conseil de discipline de l'Ordre des pharmaciens du Québec. Elle avait plaidé coupable pour avoir vendu, sans autorisation, entre 2008 et 2011, pour 1,5 million de dollars de médicaments destinés à être envoyés en Syrie. Les médicaments provenaient d'une de ses pharmacies situées non loin du consulat.

    Une bonne nouvelle pour les opposants syriens

    Nedal Alnajjar de l'Alliance canadienne d'aide aux Syriens, se dit « très content » de la décision du Canada. « Elle [Nelly Kanou] faisait tout pour promouvoir le dictateur Assad », affirme-t-il. Comme plusieurs autres Syriens installés ici, il nous a raconté qu'il devait payer en argent liquide et en dollars américains au consulat de Montréal. « On ne savait pas ce qu'elle faisait de cet argent. Est-ce que ça a été déclaré au gouvernement du Canada? Est-ce qu'il a été envoyé en Syrie? », demande Nedal Alnajjar. 

    En raison des opinions de la consule, Faisal Alazem, un activiste canado-syrien qui vit à Montréal, a toujours refusé de se rendre dans ce consulat décoré de photos d'Al-Assad. « Mon passeport a expiré en 2012 et j'ai pris la décision de ne pas le renouveler. Je ne voulais pas donner mon argent au consulat. », raconte-t-il.

    Vous avez de l'information à partager? Écrivez en toute confidentialité à thomas.gerbet@radio-canada.ca.

    Grand Montréal

    Société