•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Carole Morinville condamnée à 42 mois de prison

Carole Morinville
Photo: Radio-Canada
La Presse canadienne

L'ex-conseillère financière Carole Morinville, qui avait reconnu sa culpabilité à une accusation de fraude et à une autre de fabrication de faux documents en décembre dernier, a été condamnée à 42 mois de pénitencier.

La juge Louise Villemure, de la Cour du Québec, s'est ainsi approchée davantage de la position de la Couronne, qui réclamait une peine de quatre ans, que de celle de la défense, qui avait plaidé en faveur d'une peine de deux ans ferme lors des représentations sur la peine en février dernier.

Carole Morinville avait été arrêtée en novembre 2010 après qu'une enquête eut fait état d'une fraude de plus de 3,5 millions $ aux dépens de plusieurs dizaines de victimes.

L'affaire avait fait grand bruit notamment en raison de la présence parmi celles-ci de la comédienne Karine Vanasse.

La fraude s'est étendue de 2005 à 2010, période au cours de laquelle il a été mis en preuve qu'elle s'était octroyée un train de vie princier avec l'argent de ses victimes.

Sa cause avait été reportée près d'une dizaine de fois depuis ses premières apparitions en Cour en 2011 et a fait l'objet de multiples démarches judiciaires.

En juin 2013, la Cour supérieure l'avait condamnée à verser 1,66 million $ à l'Autorité des marchés financiers (AMF), qui avait alors remboursé 32 victimes de l'ex-conseillère en sécurité financière. Selon l'AMF, toutefois, ce sont au moins une soixantaine d'investisseurs qui ont été floués par l'accusée.

Dès octobre 2011, Mme Morinville avait été reconnue coupable de quatre infractions par la Chambre de la sécurité financière, qui l'avait radiée en 2012.

La Chambre lui reprochait d'avoir empoché plus de 350 000 $ de ses clients, d'avoir offert un placement qu'elle n'était pas autorisée à offrir en vertu de sa certification, de s'être placée en situation de conflit d'intérêts en proposant à un client d'investir dans sa compagnie et d'avoir entravé le travail d'un enquêteur de la Chambre.

Estrie

Société