•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Coriolis II encore en exil au port de Québec

Le navire de recherche de l'UQAR, le Coriolis II, au port de Québec

Le navire de recherche de l'UQAR, le Coriolis II, au port de Québec

Photo : ICI Radio-Canada

Radio-Canada

Pour une deuxième année consécutive, Rimouski ne sera pas le port d'attache du Coriolis II, le navire de recherche de l'Université du Québec à Rimouski (UQAR). Ce sera encore une fois le port de Québec.

Le navire a quitté Lunenburg, en Nouvelle-Écosse, à destination de la Vieille Capitale, où il passera le prochain mois. Par la suite, il sera utilisé pour une série d'expéditions scientifiques sur le fleuve et dans le golfe du Saint-Laurent.

Un navire sans domicile fixe

L'an dernier, le gouvernement fédéral a condamné la jetée ouest du port de Rimouski où s'amarrait le Coriolis. Il a pris cette décision pour des raisons de sécurité, car la structure était devenue dangereuse en raison de sa détérioration avancée, résultat de l'absence d'investissements pendant des années.

Dans les circonstances et parce que plusieurs missions scientifiques sont prévues, le navire de l'UQAR sera un peu comme un navire itinérant ou un navire sans domicile fixe au cours de la saison estivale. 

Pour cet été, le navire peut être à Québec, un peu à Rimouski, un peu à Halifax, un peu à Terre-Neuve. Donc, on n'a pas de port d'attache désigné, spécifique pour l'été.

Érik Lapointe, directeur général, Reformar

Monsieur Lapointe précise toutefois qu'en fin de saison le navire retournera à Québec. Il indique que de nombreux scénarios ont été étudiés pour trouver une solution de rechange au port de Rimouski, mais sans succès. 

On a regardé Québec, on a regardé Matane, on a regardé Gaspé, on a regardé la Côte-Nord, on a regardé Cacouna, on a regardé pas mal tous les ports [...] il a fallu choisir un port pas trop éloigné de l'UQAR

Érik Lapointe, directeur général, Reformar

Missions scientifiques

Au-delà de ces questions, Érik Lapointe prévoit que le Coriolis II passera peu de temps à quai durant l'été. Plusieurs missions scientifiques sont en planification dont une première qui commencera le 17 mai. Elle sera dirigée par un chercheur de l'Université McGill et durera 10 jours. Par la suite, il y aura des expéditions chaque mois jusqu'en septembre, selon M. Lapointe, qui préfère attendre un peu avant d'en dévoiler les détails.

Négociations pour l'avenir 

Le directeur général de Reformar indique que des discussions ont eu lieu et auront encore lieu avec les gouvernements supérieurs et la Ville de Rimouski pour trouver une solution afin que le port de Rimouski puisse de nouveau accueillir le Coriolis II sur une base régulière.

 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Est du Québec

Science