•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'importance de sir Tim Berners-Lee

http://www
Catherine Mathys
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Aujourd'hui, Matthieu Dugal, animateur de La sphère sur ICI Radio-Canada Première, rencontre Tim Berners-Lee. Qui est-ce? L'inventeur du web, rien de moins. Pour vous donner une petite idée de l'importance du monsieur, le magazine TIME l'a nommé parmi les 100 personnes les plus importantes du 20e siècle (Nouvelle fenêtre). Revenons sur son histoire et sur son idée toute simple qui a révolutionné votre quotidien.

La genèse d'une idée de génie

Tim Berners-Lee baigne dans l'informatique depuis qu'il est tout petit. Fils de deux informaticiens (dans les années 50, il fallait le faire), il s'est rapidement intéressé au développement de l'ordinateur personnel. Il en a même fabriqué un à partir d'un vieux téléviseur (Nouvelle fenêtre) pendant ses études à l'Université Oxford. C'est d'ailleurs en plein dans ces années-là que sont nés les premiers ordinateurs personnels, comme l'Altair 8800 (Nouvelle fenêtre), qui a vu le jour en 1975.

Après ses études en physique, Tim Berners-Lee a été embauché au CERN, l'Organisation européenne pour la recherche nucléaire (Nouvelle fenêtre), qui est également l'un des plus prestigieux laboratoires scientifiques du monde. Berners-Lee s'est vite rendu compte que l'échange d'informations entre scientifiques était un problème de taille. Chaque ordinateur possédait ses propres fichiers et aucun échange n'était possible. Si l'on voulait accéder à certaines informations en particulier, il fallait physiquement avoir accès à l'ordinateur qui les contenait.

Le web : un projet vague, mais excitant

Internet existait déjà, mais à l'époque, le courrier électronique était la principale utilisation qu'on en faisait. Il fallait trouver un moyen d'accéder aux documents hébergés sur ces ordinateurs en réseau. En mars 1989, Berners-Lee détaillait sa vision d'un système d'échange de fichiers (qu'on a ensuite appelé le web) dans un document intitulé Information Management: A Proposal. Son patron n'était pas convaincu de la validité de ses hypothèses. Il a annoté le document en mentionnant que le projet restait vague, mais excitant. Bien que Berners-Lee n'était pas au CERN pour développer un tel projet, on lui a alloué un peu de temps en septembre 1990 pour concrétiser ses idées. C'est alors qu'a commencé le véritable travail de recherche sur un ordinateur de marque NeXT (Nouvelle fenêtre), compagnie fondée en 1985 par Steve Jobs, après son départ d'Apple.

Dès octobre 1990, Berners-Lee avait mis au point les trois piliers qui sont à la base du web encore aujourd'hui (Nouvelle fenêtre) : le langage HTML, qui balise les documents et qui uniformise la lecture d'un appareil à l'autre, le URI (Uniform Resource Identifier) qu'on appelle URL, un genre d'adresse unique qui identifie chaque ressource sur le web, et, enfin, le HTTP (Hypertext Transfer Protocol), qui permet de transférer des données d'un ordinateur à l'autre par Internet.

Pour un web gratuit et ouvert à tous

Tout ce qui manquait, c'était une application pour interpréter le langage HTML. Il a donc créé le premier fureteur (Nouvelle fenêtre) et le premier serveur. Dès la fin de 1990, la première page web était en ligne. Le site décrivait les principales caractéristiques du web, expliquait comment accéder aux documents d'autres personnes et comment configurer son propre serveur. En 2013, le CERN a d'ailleurs rétabli le premier site web à son adresse d'origine.

C'est comme ça que le web a pris son envol. Toutefois, une fois le web inventé, il fallait en donner l'accès au plus grand nombre de gens possible. Berners-Lee a donc convaincu le CERN d'en rendre le code accessible à tous, ce qui a été fait en avril 1993 (Nouvelle fenêtre). L'année suivante, Berners-Lee quittait le CERN pour le Massachusetts Institute of Technology (MIT) pour fonder le World Wide Web Consortium (W3C), une communauté internationale vouée au développement de standards web ouverts qu'il dirige encore aujourd'hui.

Peut-être comprenez-vous mieux la fébrilité de Matthieu Dugal, en rencontrant ce grand monsieur.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !