•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Familles d'accueil : les enfants autochtones surreprésentés

Photo : PC/John Woods

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Près de la moitié des enfants qui sont en famille d'accueil au Canada sont Autochtones, alors que les Autochtones ne représentent que 7 % de l'ensemble des enfants du pays, selon Statistique Canada.

Ces résultats dévoilés mercredi sont tirés d'une étude sur la situation, en 2011, des enfants autochtones âgés de 14 ans et moins dans leur ménage. L'étude montre que cette année-là, 14 200 enfants autochtones de cette tranche d'âge vivaient en famille d'accueil, soit 48 % de tous les enfants canadiens dans la même situation.

Les proportions varient selon les provinces. Au Manitoba et en Saskatchewan par exemple, les enfants autochtones représentent 85 % ou plus des enfants en famille d'accueil, alors qu'ils ne comptent que pour le quart du nombre total d'enfants.

Dans les territoires, où les enfants autochtones représentent un plus grand pourcentage de tous les enfants, presque tous les jeunes en famille d'accueil sont Autochtones.

Par ailleurs, parmi les enfants autochtones en famille d'accueil, 44 % vivent avec au moins un tuteur autochtone.

Moins de parents, plus d'enfants

Selon Statistique Canada, les enfants autochtones de 14 ans et moins sont aussi plus susceptibles que les enfants non autochtones de vivre dans un foyer monoparental - 34 % contre 17 % respectivement - ou encore de vivre avec leurs grands-parents ou dans une famille recomposée.

Pour tous les types de familles, les enfants autochtones sont plus susceptibles de vivre dans une famille nombreuse de quatre enfants ou plus du même groupe d'âge.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !