•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rendez à ces arbres ce qui appartient à ces arbres, de Boucar Diouf (Éditions La Presse)

Le reportage de Camille Carpentier

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Choisi par Éric Gagnon
Animateur d'Info-réveil
Bas-Saint-Laurent
ICI Radio-Canada Première
En semaine de 6 h à 9 h

RÉSUMÉ

Quels sont les liens entre les humains et les arbres? Qu'avons-nous à apprendre de ces géants? Les entendez-vous nous parler? Des baobabs de son enfance aux bouleaux du Bas-du-Fleuve, Boucar Diouf a toujours été fasciné par le monde des plantes. Aujourd'hui, après avoir longtemps écouté les arbres, il leur donne la parole dans ce livre où se croisent la biologie, la poésie et l'humour. Sous forme de conte, ce grand humaniste nous parle de la vie, de la mort, de sa famille, de sa relation intime avec les plantes et de ce qu'elles peuvent nous apprendre.


EXTRAIT

Entre le rêve inaccessible d'immortalité proposé par la science et les promesses incertaines de vie éternelle des religions monothéistes, entre l'arbre de vie et celui de la connaissance du bien et du mal, pourquoi ne pas opter pour cette troisième voie en redonnant aux plantes vertes les composantes qu'elles nous avaient généreusement prêtées? S'il est vrai, comme le disaient les anciens, que l'homme peut revivre par les enfants qu'il a éduqués, mais aussi par les arbres qu'il a plantés, je propose d'ajouter cette troisième possibilité qu'est la résurrection de l'homme par les arbres qui l'ont recyclé.

Une citation de :Extrait de « Rendez à ces arbres ce qui appartient à ces arbres », de Boucar Diouf

POURQUOI CE LIVRE FAIT PARTIE DES INCONTOURNABLES

Il est bon de s'imaginer la voix de Boucar Diouf nous réciter les propos de son livre Rendez à ces arbres ce qui appartient à ces arbres. Si aujourd'hui l'invisible réside en des ondes wi-fi, micro-ondes et autres, selon Boucar Diouf, l'invisible, ce sont les milliers de racines qui s'entraident sans que personne ne les voie. Et si les mêmes racines pouvaient unir les humains à la manière des arbres? Boucar Diouf donne tout un sens au mot « générosité ». Donner, c'est offrir sans le dire. Ainsi, toute personne croisée dans la rue est un bienfaiteur potentiel.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !