•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un miel canadien 100 % local, réclament des apiculteurs

Chargement de l’image

Des abeilles

Photo : iStock / iStockPhoto

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les apiculteurs canadiens demandent aux grandes entreprises d'acheter du miel local. Dans une pétition lancée il y a plus d'une semaine, ils soulignent le fait que des compagnies comme Billy Bee mélangent le miel canadien avec des produits étrangers, de moindre qualité selon eux. Au Manitoba, l'Association des apiculteurs de la rivière Rouge soutient ces efforts.

« Le miel canadien en général, c'est un miel qui est certainement de bonne qualité, parce qu'il y a des règlements du gouvernement qui contrôlent ce que tu peux donner à tes abeilles », dit Armand St-Hilaire, qui est vice-président de l'association. « Mais les autres pays dans le monde ne sont pas tous comme ça. »

« Maintenant le problème, poursuit M. St-Hilaire, c'est qu'il y a certaines compagnies [...] qui ont appris qu'ils peuvent aussi mettre du miel de la Chine dans leurs contenants et mélanger ça avec du miel canadien, sachant que si dans le contenant il y a un petit peu de miel canadien, ils peuvent appeler ça "miel canadien". »

L'apiculteur manitobain dit que ces pratiques ont des conséquences sur les producteurs locaux.

« Ces compagnies-là, puisqu'elles peuvent acheter le miel moins cher de la Chine, veulent payer moins cher pour le bon miel canadien. Aussi, il n'y a pas besoin d'en acheter autant parce que la Chine en vend en grande quantité. »

— Une citation de  Armand St-Hilaire, vice-président de l'Association des apiculteurs de la rivière Rouge

Armand St-Hilaire, qui produit son miel dans la région de la rivière Roseau, dans le sud de la province, dit qu'il a fait le choix d'une production naturelle. « Nous ce qu'on a voulu faire, c'est un miel qui provient de fleurs qui n'ont pas été arrosées avec aucun produit chimique. »

Changer les règlements

La pétition, hébergée sur le site change.org, avait atteint plus de 72 000 signatures mardi matin, sur une cible fixée à 75 000.

M. St-Hilaire croit que c'est surtout sur les gouvernements qu'il faudra faire pression. « Je pense que la seule façon qu'on peut changer vraiment, c'est demander à nos gouvernements de changer les règlements, sur ce qu'on peut mettre dans un contenant qu'on appelle "miel canadien." »

Une première amélioration serait d'indiquer la provenance du miel en pourcentages sur les produits, selon lui.

L'Association des apiculteurs de la rivière Rouge espère sensibiliser la population à la situation des producteurs de miel d'ici. « C'est pour ça qu'à chaque année à la fin septembre, on a une grande exposition à la Fourche, des journées d'éducation où les gens peuvent venir voir des abeilles, discuter avec des apiculteurs et en apprendre davantage », souligne d'ailleurs Armand St-Hilaire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !