•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Thomas Mulcair désavoué : un député néo-démocrate en Saskatchewan réagit

Erin Weir, député néo-démocrate dans Regina-Lewvan

Erin Weir, député néo-démocrate dans Regina-Lewvan

Photo : ICI Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le député néo-démocrate de Regina-Lewvan Erin Weir salue la décision de lancer une course à a direction au sein du Nouveau Parti démocratique fédéral (NPD). 

Bien qu'il s'agisse, selon lui, d'un choix difficile, il croit aussi que cette course est un signe que le parti est prêt à se réinventer.

Erin Weir estime que le grand nombre de délégués présents au congrès d'Edmonton est une preuve de la bonne santé du parti.

Au cours de la fin de semaine, les délégués néo-démocrates ont voté à 52 % en faveur d'une course à la direction. C'était la première fois de l'histoire du NPD qu'un chef se faisait montrer la porte de sortie lors d'un vote de confiance.

« C'est une décision importante, historique et difficile. Ça ne vaut pas la peine vraiment de regarder en arrière [...]. Tous les députés veulent continuer de travailler avec M. Mulcair pour les prochains mois et puis nous serons excités d'avoir un processus pour renouveler. »

— Une citation de  Erin Weir, député du NPD pour Regina-Lewvan

Erin Weir ajoute que le discours de Thomas Mulcair, avant le vote, a démontré qu'il était prêt à continuer de jouer son rôle de chef avant que le NPD ne procède à l'élection d'un nouveau. Il a toutefois souligné que ce discours n'avait pas su répondre aux interrogations et aux craintes des membres en lien avec la défaite électorale d'octobre 2015.

Anciennes allégeances libérales

L'observateur de la scène politique Stephen Kenny.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'observateur de la scène politique, Stephen Kenny.

Photo : ICI Radio-Canada

Stephen Kenny, un professeur de l'Université de Regina, estime que Thomas Mulcair n'a pas été en mesure de se dissocier suffisamment de ses anciennes allégeances libérales. « Il y avait beaucoup de vrais croyants [aux idées néo-démocrates] qui croyaient que Tom Mulcair, ancien ministre de Jean Charest, d'un gouvernement de centre droit, n'était pas vraiment un vrai croyant [aux mêmes idées] », avance-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !