•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hausse de la valeur des terres agricoles

Des températures plus chaudes qu'à la normale ont compromis des cultures en Saskatchewan, faisant baisser les prévisions de croissance.

Des températures plus chaudes qu'à la normale ont compromis des cultures en Saskatchewan, faisant baisser les prévisions de croissance.

Photo : ICI Radio-Canada/Bonnie Allen

Radio-Canada

La valeur des terres agricoles au Canada a augmenté de 10,1 % en 2015, un rythme plus lent que les années passées, selon le dernier rapport de Financement agricole Canada (FAC). Le Manitoba a enregistré la hausse provinciale la plus forte, avec 12,4 %, et le Nouveau-Brunswick la plus faible, avec 4,6 %.

Les faibles taux d'intérêt et les fortes recettes des récoltes ont soutenu la hausse des valeurs des terres en 2015, explique dans un communiqué l'économiste agricole en chef de FAC, Jean-Philippe Gervais. 

La progression de la valeur des terres a toutefois été plus lente qu'en 2014 (+14,3 %) et 2013 (+22,1 %).

Malgré une hausse moins marquée en 2015 que les années antérieures, la valeur moyenne des terres agricoles n'a cessé d'augmenter depuis 1993 au Canada. La dernière baisse au pays a eu lieu en 1992, dit la FAC.

Le rapport de la FAC note toutefois « une volatilité accrue [qui] se manifeste dans un plus grand nombre de localités où la valeur a diminué . »

L'augmentation de 12,4 % au Manitoba s'explique par certains petits producteurs de céréales qui ont quitté l'industrie, dit l'économiste en chef, « et la demande pour ces terres-là a été très forte ».

Les valeurs moyennes des terres agricoles au pays.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les valeurs moyennes des terres agricoles au pays.

Photo : Financement agricole Canada

« Il semble qu'en 2015, la majorité des achats de terres agricoles a été faite par des agriculteurs », dit Jean-Philippe Gervais.

L'économiste prévoit des conditions économiques semblables pour l'année 2016 avec « le dollar canadien [...] sous la moyenne des dernières années, la continuité des faibles taux d'intérêt et les recettes des grandes cultures [...] relativement élevées. »

Le scénario idéal pour l'économiste est que « la valeur moyenne des terres agricoles se stabilise à long terme et ne connaisse ensuite que de légères fluctuations . »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Économie