•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le syndicat des technologistes médicaux dénonce l'installation d'un nouvel appareil à Grande-Vallée

Technicienne en laboratoire

Technicienne en laboratoire

Radio-Canada

Le syndicat des technologistes médicaux craint les conséquences de l'installation d'un nouvel appareil de prélèvement au CLSC de Grande-Vallée.

L'Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS), croit que le système, appelé i-STAT, remplacera d'ici peu les technologistes médicaux qui travaillent sur les quarts de travail de soir, de nuit et de fin de semaine.

Les technologistes estiment que l'appareil ne peut pas traiter tous les échantillons dans un service d'urgence.

Selon la répondante politique de l'APTS, Guylaine Michel, il s'agit d'un appareil portatif de prélèvement qui doit être installé par le Centre intégré de santé et de services sociaux de la Gaspésie (CISSS). Madame Michel se demande quel sera l'avenir pour les trois technologistes médicaux qui travaillent à Grande-Vallée

Aussi, elle craint la diminution de la qualité et de l'accessibilité des soins à la population parce que selon elle, l'appareil ne pourra exécuter la totalité des tests lorsqu'une situation d'urgence le commande. 

Avec l'implantation de cette machine-là, qui ne fait quand même pas tout ce qu'un technologiste médical fait en laboratoire, il est possible que les gens aient à se déplacer vers Gaspé quand leur situation est urgente et qu'ils ont besoin d'un diagnostic durant les quarts de soir de nuit et de fin de semaine.

Guylaine Michel, Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux

CISSS

Lorsque le syndicat a questionné sur le sujet il y a quelques jours, la directrice du CISSS de la Gaspésie, Chantale Duguay, celle-ci s'est faite rassurante. Elle affirme que le nouvel appareil n'est pas le résultat des compressions, et qu'il s'agit plutôt d'une optimisation des services.

Selon Madame Duguay, la clientèle n'était pas assez nombreuse pour justifier la présence d'un technicien sur certains quarts de travail.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Est du Québec

Santé