•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Réconciliation, viabilité et le campus Emma Lake Kenderdine : priorités pour l’Université de la Saskatchewan

Le nouveau recteur de l'Université de la Saskatchewan, Peter Stoicheff, a reçu la traditionnelle plume d'aigle et des herbes sacrées de la communauté autochtone.

Le nouveau recteur de l'Université de la Saskatchewan, Peter Stoicheff, a reçu la traditionnelle plume d'aigle et des herbes sacrées de la communauté autochtone.

Photo : ICI Radio-Canada/Victoria Dinh

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Dans son discours sur l'état de l'Université de la Saskatchewan, Peter Stoicheff, a annoncé ses priorités, notamment en matière de développement durable, de diversité et sur l'avenir du campus Emma Lake Kenderdine.

Le recteur est d'abord revenu sur les réussites d'anciens étudiants, des facultés et des différents départements.

Le développement durable et la diversité ont été au cœur de son discours.  À cet égard, il a souligné le travail qui se faisait déjà sur le campus et il a promis de financer des projets réalisés en ce sens par des étudiants, mais il n'a pas spécifié la somme de cet engagement financier.

Il a réitéré son engagement de faire de l'Université de la Saskatchewan le meilleur endroit pour les étudiants autochtones. Il affirme que le nombre d'étudiants autochtones a augmenté de 8 % depuis 5 ans. Le recteur ajoute que l'Université doit embaucher davantage de professeurs d'origine autochtone et les retenir.

Le recteur a noté le partenariat entre l'Université et le Centre national pour la vérité et réconciliation (NCTR) afin de partager, avec d'autres universités, de l'information au sujet de l'histoire des peuples autochtones.

En point de presse après son discours, il a souligné qu'il faudrait du temps, possiblement plus d'une génération, pour faire suite aux recommandations de la Commission de vérité et reconciliation.

Il croit que l'Université de la Saskatchewan doit être en avance dans ce domaine, compte tenu du fait que 16 % des habitants de la province sont autochtones.

Le recteur a par ailleurs affirmé vouloir s'impliquer personnellement dans la réouverture du campus Emma Lake Kenderdine. Il précise dans un communiqué que ce campus présente des opportunités d'apprentissage qui nécessitent toutefois une planification financière et des partenariats pour en assurer la viabilité.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !