•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Léo Robert était président de la SFM lors de la crise linguistique des années 1980.

Léo Robert était président de la SFM lors de la crise linguistique des années 1980.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Léo Robert, l'une des deux personnes à l'origine de la tenue des États généraux de la francophonie manitobaine, est satisfait du rapport de synthèse dévoilé mercredi. Ce rapport produit par la Société franco-manitobaine (SFM) récapitule les discussions tenues lors des cafés citoyens et les résultats des sondages en ligne.

Selon Léo Robert, le rapport est bien rédigé et rapporte fidèlement les discussions qui ont eu lieu lors des cafés citoyens. Il dit par ailleurs ne pas être surpris de l'importance accordée à la Division scolaire franco-manitobaine puisque l'éducation est le meilleur outil de développement de la communauté selon lui.

Léo Robert estime que le rapport de synthèse comprend beaucoup de pistes d'avenir qui permettront de facilement rédiger un plan stratégique pour la communauté franco-manitobaine. Il souligne que le rapport propose de plus de nombreux sujets de recherches pour les professeurs d'université. Des recherches qui pourraient permettre de mieux répondre aux besoins de la communauté. Parmi ceux-ci, il souligne l'apprentissage d'une langue en jeune enfance et la transmission de la langue.

Léo Robert s'est par contre dit quelque peu surpris des commentaires du rapport de synthèse sur le manque de leadership dans la communauté. Il estime que ce leadership est peut-être moins visible dans certains organismes, mais il croit qu'il y a bel et bien une relève dont il a pu observer la participation aux États généraux.

L'ancien militant pour les droits des Francophones s'est toutefois dit heureux de voir que les gens qui ont pris part à la consultation veulent mettre l'accent sur l'histoire de la francophonie au Manitoba. Léo Robert affirme que cela lui fait plaisir puisque cette histoire est riche et continue à s'enrichir avec l'intégration de nouveaux arrivants malgré l'illégalité du français qui a régné pendant près de 50 ans.

Manitoba

Francophonie