•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Énergie Est menacerait l'eau potable de millions de Canadiens, selon une étude

Le projet Énergie Est

Le projet Énergie Est

Radio-Canada

La construction du pipeline Énergie Est menacerait l'approvisionnement en eau potable de plus de 5 millions de Canadiens qui vivent dans des « zones à risque ». C'est la conclusion d'un rapport publié mercredi par plusieurs groupes, dont Greenpeace et Equiterre.

Les auteurs de l'étude soutiennent que près de 3000 plans d'eau dans plus de 24 régions municipales pourraient être directement affectés par un déversement. Selon eux, une simple fuite pourrait « contaminer les sources d'eau potable pendant des années ».

Le rapport affirme qu'au total, 5,1 millions de Canadiens vivraient dans des zones menacées par un éventuel déversement, dont 3,2 millions au Québec, un million en Ontario, 676 613 au Manitoba et 130 679 au Nouveau-Brunswick.

Une seule rupture de pipeline dans l'un ou l'autre de ces endroits fragiles risque de contaminer les sources d'eau potable pendant des années.

Extrait du rapport

Près de 2,9 millions de résidents seraient dans des zones à risque situées dans la grande région de Montréal, où le fleuve St-Laurent, les rivières des Prairies, des Mille-Îles et la rivière L'Assomption, entre autres, sont menacés.

« Zones à risque »:

Les auteurs du rapport ont d'abord évalué la sécurité des sources d'approvisionnement en eau potable de 28 municipalités et régions canadiennes qui « risquent d'être directement touchées » par un déversement. Les plans d'eau qui se trouvent dans un rayon de 60 kilomètres du tracé du pipeline étaient considérés comme étant « menacés ». Le nombre de résidents à risque est calculé à partir des données démographiques du plus récent recensement fédéral  de 2011.

Un danger pour les écosystèmes

Le projet d'oléoduc Énergie Est de 4600 kilomètres vise à acheminer quotidiennement 1,1 million de barils de pétrole des sables bitumineux albertains jusqu'à Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick.

Les auteurs rappellent que le bitume dilué que transporterait l'oléoduc pourrait causer d'importants dommages environnementaux en cas de déversement.

« Les tests en laboratoire et les accidents survenus dans le passé montrent que, lors d'un déversement, ce bitume ultralourd se sépare de ses diluants et coule au fond de l'eau », soulignent-ils.

Selon eux, la rupture de la ligne 6b d'Enbridge en 2010 démontre à quel point « il est difficile de nettoyer un déversement de bitume dilué ». Près de 3,7 millions de litres s'étaient alors répandus dans la rivière Kalamazoo, au Michigan. Le nettoyage avait coûté plus d'un milliard de dollars.

« Le bitume gisant au fond de l'eau a compliqué le nettoyage. Il a fallu réaliser d'importants travaux de dragage, un procédé qui a duré des années et coûté plus d'un milliard de dollars. La rivière demeure détériorée aujourd'hui, en raison des contaminants qui s'y trouvent toujours », soutiennent les auteurs.

Mauricie et Centre du Québec

Environnement