•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le diabète « est un des principaux tueurs dans le monde », selon l'OMS

Un repas de malbouffe

L'obésité entraîne des ennuis de santé comme le diabète

Photo : iStockphoto

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le diabète progresse rapidement depuis 35 ans au sein de la population adulte mondiale, selon un rapport de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) publié mercredi. Le nombre de cas est passé de 108 millions en 1980 à 422 millions en 2012.

La prévalence du diabète dans le monde adulte est passée de 4,7% en 1980 à 8,5% en 2014.

La maladie a tué 1,5 million de personnes en 2012 pendant que 2,2 millions d'autres sont mortes à la suite de maladies liées au diabète. C'est donc un total de 3,7 millions de décès qui sont ainsi attribuables au diabète.

La croissance du diabète, qui frappe 8,5 % des adultes de la planète, s'explique par « les habitudes alimentaires des gens et leur mode de vie », selon l'OMS, qui précise que la maladie peut être favorisée par un surplus de poids ou l'obésité.

Quelque 25 % de la population adulte mondiale souffre d'ailleurs d'un surpoids pendant que 10 % ont atteint le stade de l'obésité.

L'OMS recommande ainsi une pratique régulière d'une activité physique et la réduction de la consommation d'aliments sucrés.

Le diabète « est un des principaux tueurs dans le monde aujourd'hui », a averti le directeur du département des maladies non transmissibles à l'OMS, le docteur Étienne Krug, au cours d'une conférence de presse.

L'OMS a décidé de profiter de la Journée mondiale de la santé, le 7 avril prochain, pour lancer une offensive contre le diabète.

« Si nous voulons progresser dans les efforts visant à mettre un terme à la recrudescence du diabète, nous devons repenser notre vie quotidienne afin d'avoir une alimentation saine, d'être actifs et d'éviter la prise de poids excessive », a indiqué la directrice générale de l'organisme, Margaret Chan.

« Les pouvoirs publics doivent veiller à ce que les populations puissent faire ces choix sains et que les systèmes de santé soient capables de diagnostiquer et de traiter les personnes diabétiques, y compris dans les milieux les plus pauvres. »

— Une citation de  Margaret Chan
Le sucre est ajouté dans de nombreux produits transformés.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le sucre est ajouté dans de nombreux produits transformés.

Photo : iStock

Actuellement, la moitié des adultes souffrant du diabète résident en Asie du Sud-Est et dans la région Pacifique.

Les habitudes alimentaires des habitants de cette région du globe ont beaucoup changé au cours des dernières années.

Le diabète a des incidences économiques, avance l'OMS, tant pour les patients atteints de la maladie que pour les systèmes d'assurance maladie des États qui les traitent. Selon M. Krug, les coûts directement reliés au diabète s'élèvent à 1,1 billion de dollars.

Le diabète est une maladie chronique qui consiste en un dysfonctionnement du pancréas. L'organe d'un diabétique ne produit plus suffisamment d'insuline – l'hormone qui régule la concentration de sucre dans le sang – ou lorsque le corps ne l'utilise pas correctement.

La maladie est connue sous deux formes, soit le diabète de type 1 et de type 2. La cause du premier type de diabète demeure inconnue alors que le deuxième type, qui constitue la vaste majorité des cas, est le résultat d'une surcharge pondérale et de l'obésité.

Le diabète peut entraîner :

  • un infarctus du myocarde
  • un accident vasculaire cérébral
  • la cécité
  • une insuffisance rénale
  • l'amputation des membres inférieurs

L'insuline, qui demeure le principal moyen de traiter le diabète, est difficile à obtenir surtout dans les pays les plus pauvres. Les médicaments pour contrôler la maladie sont rarement disponibles.

L'OMS demande aux pays membres de veiller à ce que les médicaments soient plus accessibles et qu'ils le soient à un prix abordable. L'organisme recommande à ses membres de mettre sur pied des plans nationaux pour lutter contre le diabète puisqu'il est possible « d'inverser les tendances actuelles ».

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !