•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Deux tiers des stocks de poissons sont en déclin, selon une étude

Le WWF prône une consommation plus raisonnable du poisson.

Le WWF prône une consommation plus raisonnable du poisson.

Photo : Soe Zeya Tun / Reuters

Radio-Canada

Un chercheur en écologie marine à l'Université Dalhousie, en Nouvelle-Écosse, lance un appel pour des changements en profondeur de l'industrie mondiale des pêches à la lumière d'une nouvelle étude sur l'état des stocks de poissons.

Selon cette étude, affirme le professeur Boris Worm, si l'humanité continue d'exploiter les mers comme elle le fait présentement, près de 90 % des stocks seront épuisés d'ici une trentaine d'années.

Les conclusions de l'étude ont été publiées la semaine dernière dans la revue scientifique américaine Proceedings of the National Academy of Sciences. Les auteurs soulignent qu'en dépit d'améliorations dans certaines régions du monde, les stocks de poissons sont en général en mauvais état et en déclin.

Les chercheurs ont évalué près de 5000 pêches. Dans seulement un tiers des cas, la biomasse était suffisante pour assurer une productivité maximale. La biomasse des autres était plus faible.

Une autre conclusion de l'étude est encore plus préoccupante, souligne Boris Worm : seulement un tiers des stocks est exploité à l'heure actuelle à un niveau qui lui permettrait de se rétablir.

Boris Worm affirme que l'on peut contrer le déclin des stocks en réduisant la surpêche ou en convainquant les pêcheurs qu'ils peuvent gagner plus en respectant des mesures de conservation. Le professeur explique que s'il y a plus de poissons dans l'océan, les pêcheurs utilisent moins de bateaux, ils consomment moins de carburant et ils consacrent moins de temps pour en capturer. Ils gagnent donc le même revenu en réduisant leurs dépenses.

Boris Worm recommande aux gouvernements de cesser de soutenir les pêches non rentables et insoutenables en subventionnant le carburant et la construction de bateaux, comme c'est le cas dans plusieurs régions du monde.

Il dit avoir vu, par exemple, de grands bateaux neufs rentrer de la pêche en Méditerranée avec de nombreux pêcheurs à bord et qui ont débarqué bien peu de poissons.

D'après un reportage de Bob Murphy, CBC

Avec les informations de CBC

Acadie

Industrie des pêches