•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cri du coeur d'une mère de trois enfants autistes

Un reportage de François Vigneault

Dans la Péninsule acadienne, une mère de quatre enfants, dont trois sont atteints d'autisme, réclame de l'aide pour à la fois aider ses enfants et joindre les deux bouts.

Le mois d'avril est consacré à la sensibilisation liée aux troubles de l'autisme. Melissa Comeau vie un défi de tous les instants. Mère célibataire, seul l'aîné de ses quatre garçons vit chez son père.

Les trois autres ont reçu un diagnostic d'autisme. Noah, âgé de huit ans, a reçu un diagnostic un peu plus sévère.

« Je passe des nuits blanches debout à essayer de le consoler, à essayer d'être présente, mais malgré que je suis là, malgré que j'essaye, il va crier, il va pleurer sans arrêt », raconte Mme Comeau.

Mme Comeau est privée d'heures de sommeil essentielles, elle qui est de retour sur les bancs d'école. Cette dernière a obtenu un diplôme de programme adapté et suit désormais un programme régulier pour retourner éventuellement sur le marché du travail et subvenir aux besoins de sa famille.

Mes enfants ont besoin de leur maman, ils ont besoin d'une maman qui est en santé.

Melissa Comeau

Présentement, Mme Comeau est bénéficiaire de l'aide sociale et sa situation financière est particulièrement difficile. Ses journées bien remplies lui laissent peu de temps pour se reposer.

« La seule aide présentement que j'ai, c'est pour celui-là qui a huit ans. J'ai deux fins de semaine de relève dans le mois qui est payé à travers de l'équipe enfants besoins spéciaux », explique-t-elle.

Même s'il est atteint moins sévèrement, elle souhaite une aide semblable pour son plus jeune, tel que l'aurait recommandé un psychologue. Mme Comeau craint de ne plus pouvoir s'occuper de ses enfants et de les voir placés dans une famille d'accueil.

Sa situation est telle qu'elle y va d'un cri du coeur pour obtenir de l'aide. « Ça m'aiderait beaucoup pis avoir quelqu'un comme dans la maison qui pourrait m'aider », soutient-elle.

D'après le reportage de François Vigneault

Société