•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des parents inquiets des changements dans les programmes pour enfants autistes

Enfant autiste

Enfant autiste

Photo : iStock

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le gouvernement provincial investit 333 millions de dollars dans les services offerts aux enfants atteints d'autisme. Un investissement qui vise à réduire les temps d'attente pour des services comme la thérapie intensive.

Un texte de Patricia SauzèdeTwitterCourriel

Le programme d'intervention comportementale intensif de 20 heures par semaine sera également amélioré, dit la Province, pour les enfants de moins de cinq ans. Toutefois, les services pour les plus de cinq ans ne seront plus les mêmes, ce qui inquiète de nombreux parents.

C'est le cas notamment de Kim et Thomas Parker. Leurs deux fils sont atteints d'autisme. L'un d'entre eux aura bientôt cinq ans, l'autre quatre ans. En vertu des changements dans les services pour les enfants autistes, les deux garçons seront alors exclus de certains programmes une fois passés la barre des cinq ans. Au grand désespoir de leur mère.

« Chaque jour, il apprend quelque chose de nouveau. Quand il a commencé, il ne parlait pas, puis là, il a commencé avec deux mots. [...] S'il arrête d'aller à l'école, ça se peut qu'il ne parlera plus, puis j'ai peur, j'ai peur. »

Je suis très fâchée, je suis blessée

Une citation de :Kim Parker

Changer les services à partir de quatre ans est trop tôt, pour beaucoup de parents. L'âge moyen pour un diagnostic du spectre de l'autisme est de quatre ans, ce qui signifie que certains enfants auront à peine le temps de faire de la thérapie intensive avant de changer de programme.

Une aide sur mesure

La Province estime toutefois être dans la bonne direction. La ministre des Services à l'enfance et à la Jeunesse, Tracy MacCharles, soutient que la priorité de son gouvernement est d'abord et avant tout de réduire les listes d'attente qui sont trop longues.

« Notre gouvernement est insatisfait par des listes d'attente de cinq ans. Davantage d'enfants sont en attente de services que ceux qui reçoivent les services », a dit la ministe en conférence de presse.

Le but du gouvernement est de réduire les temps d'attente de moitié d'ici deux ans, et de maintenir une attente de seulement six mois d'ici cinq ans.

Pétition

Plus de 9000 parents ont signé une pétition en ligne afin de demander à la Province de faire marche arrière. Dans la pétition, on peut y lire que « ces changements suggérés par des experts soutiennent que l'apprentissage le plus important survient entre deux et quatre ans et que les programmes n'auront pas de bénéfices pour les enfants ». L'auteur de la pétition estime que « des centaines d'enfants seront dorénavant considérés trop vieux pour des services essentiels ».

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ontario