•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le jury de la Biennale internationale d'art miniature a délibéré sur les gagnants de cette 13e édition

Quelques colis reçus pour la Biennale internationale d'art miniature de Ville-Marie

Quelques colis reçus pour la Biennale internationale d'art miniature de Ville-Marie

Photo : Facebook : Biennale internationale d'art miniature

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La 13e Biennale internationale d'art miniature de Ville-Marie (BIAM) aura lieu du 3 juin au 18 septembre 2016 à la Galerie du Rift, mais les membres du jury de cette édition étaient de passage au Témiscamingue la semaine dernière pour rendre leur verdict quant aux oeuvres gagnantes de cette prochaine édition de la biennale.

Avec les informations de Josée Hardy-ParéTwitterCourriel

La coordonnatrice de l'événement, Christine Brézina, rappelle que les oeuvres doivent être sélectionnées dans chacune des quatre catégories, soient la peinture, le dessin, l'estampe et la sculpture haut et bas relief. Les gagnants dans chacune de ces catégories, ainsi que l'oeuvre gagnante toutes catégories confondues, seront connus lors du vernissage le 4 juin 2016. 

« On laisse beaucoup de liberté au jury, explique Christine Brézina. On leur donne un cahier du jury qui est comme une base des lignes directrices. On leur suggère des critères de sélection, mais ce sont surtout eux qui vont s'entendre sur des critères, par exemple la maîtrise de la technique, la version miniature versus la version réduite, le sujet de l'oeuvre. »

Une locomotive touristique

Au-delà des considérations techniques, la BIAM est aussi devenue un incontournable touristique pour le sud de la région. L'événement attire bien sûr les gens du milieu des arts visuels, mais aussi les néophytes, attirés par son caractère unique. 

« C'est de la miniature, ce n'est pas quelque chose qu'on voit souvent [et l'événement est consacré] à ça, explique la coordonnatrice de la Biennale, Christine Brézina. On a une diversité technique [dans toutes les catégories]. Par exemple, dans la catégorie peinture, ça va vraiment de l'art naïf jusqu'à l'abstraction, jusqu'à l'art actuel. Donc je pense que c'est un événement qui est impressionnant. En plus, ça a lieu l'été, donc on a les touristes qui viennent visiter la galerie et qui voient la Biennale d'art miniature. »

Présentation du jury

Le jury est composé de trois artistes professionnels de haut calibre. À chaque édition, le jury compte un membre de la région de l'Abitibi-Témiscamingue, un membre de la province et un membre provenant du national ou de l'international. Pour cette 13e le jury est composé de Véronique Doucet de Rouyn-Noranda, de Julianna Joos de Montréal et de Cesar Forrero de Kirkland Lake en Ontario.

Véronique Doucet est une artiste qui vit et travaille à Rouyn-Noranda. Elle est détentrice d'un baccalauréat en art de l'UdeM et poursuit présentement un diplôme de 2e cycle en art thérapie à l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT). Elle manie la peinture, la sculpture et la performance pour illustrer son questionnement constant face à son environnement et se présente comme artiste engagée et environnementaliste.

Julianna Joos est une artiste, mais assume parfois des tâches de commissionnaire d'exposition à Montréal. Sa production en estampe est axée sur l'eau forte, le bois gravé et le numérique et s'est diversifiée à partir de 2004 pour y inclure le textile.

Cesar Forero est quant à lui un artiste et un architecte d'origine colombienne qui vit et travaille à Kirkland Lake en Ontario. Sa pratique artistique se concentre sur la création d'installations multimédia incorporant des éléments en deux et trois dimensions, ainsi que la danse, la performance et la musique. Son travail traite de la protection de l'environnement, des droits et de la coexistence de la faune et la flore dans notre système.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !