•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mulcair se montre confiant une semaine avant le congrès du NPD

Le chef du NPD Thomas Mulcair, en compagnie du directeur général du parti, Karl Bélanger.

Le chef du NPD Thomas Mulcair, en compagnie du directeur général du parti, Karl Bélanger.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Radio-Canada

À une semaine du congrès du Nouveau Parti démocratique (NPD), Thomas Mulcair se montre optimiste quant à son avenir à la tête de son parti. De passage dans un rassemblement de progressistes à Ottawa, Thomas Mulcair a commenté le vote que tiendront les membres de sa formation sur leur désir ou non de lancer une course à la direction.

Un texte de Raphaël Bouvier-AuclairTwitterCourriel

Le Sommet sur le progrès de l'Institut Broadbent est le rendez-vous des penseurs et militants progressistes au Canada. Cette année, ils sont des centaines à se réunir dans un hôtel du centre-ville d'Ottawa pour discuter, entre autres, de diversité, d'environnement et du mode de scrutin.

Parmi les participants, il y a de nombreux membres du NPD. Leur parti se réunira en congrès dans une semaine à Edmonton. En Alberta, les membres du parti vont discuter de politique, mais vont aussi se prononcer sur l'avenir de Thomas Mulcair à la tête du parti. Ils devront décider s'ils veulent ou non une course à la direction.

Je suis le seul chef politique au Canada qui, à chaque congrès, fait face à ses membres qui doivent s'exprimer sur son leadership. Et vous savez quoi? Je ne changerais pas ce système-là pour tout l'or du monde.

Thomas Mulcair, chef du NPD

Le mois dernier, les députés québécois du NPD ont signé une lettre en appui à Thomas Mulcair.

La députée montréalaise Marjolaine Boutin-Sweet, qui se range derrière son chef, reconnaît que ce n'est pas le cas de tous les membres du parti. « Il y a beaucoup de gens qui appuient encore Tom, les députés appuient Tom. Et il y a des gens qui ne l'appuient pas, mais c'est normal après une élection où on a perdu autant de sièges », affirme-t-elle.

Le caucus socialiste du NPD, un rassemblement des membres les plus à gauche du parti, a déjà demandé la tenue d'une course à la direction. 

Tirer des leçons de l'élection

Jeudi, un groupe chargé de produire un rapport pour revenir sur la défaite électorale d'octobre a rendu publiques ses conclusions. On y évoque entre autres une campagne trop prudente, en faisant référence à l'engagement des néo-démocrates de promettre l'atteinte de l'équilibre budgétaire, alors que les libéraux évoquaient des déficits.

« Est-ce que c'est la bonne chose à proposer? Je pense que c'est une question qu'on peut se poser », lance Hoang Mai, ancien député du NPD défait comme des dizaines d'autres en octobre.

Au mois de mai, juin, juillet, on était très à l'aise avec ça. On n'aurait pas pu commencer la campagne en disant un gouvernement NPD va imposer des dizaines de milliards de dollars de déficits, ça n'aurait pas été crédible. Il fallait dire aux gens qu'on allait être un gouvernement responsable. En cours de campagne électorale, est-ce qu'on aurait pu s'ajuster? Là, je pense que oui.

Alexandre Boulerice, lieutenant québécois de Thomas Mulcair

L'effet Sanders

L'ancien chef du NPD, Ed Broadbent, prononce un discours pendant lequel il parle de Bernie Sanders.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'ancien chef du NPD, Ed Broadbent, prononce un discours pendant lequel il parle de Bernie Sanders.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Pendant le discours d'ouverture du Sommet sur le progrès, prononcé par l'ancien chef du NPD Ed Broadbent, l'audience semblait enchantée en entendant des références au candidat à l'investiture démocrate américaine Bernie Sanders.

Ed Broadbent a par exemple mentionné que Bernie Sanders avait prouvé que des jeunes pouvaient être inspirés par « une vision social-démocrate articulée ».
Plusieurs personnes rencontrées pendant l'événement ont mentionné qu'un retour à des valeurs plus à gauche serait le bienvenu au NPD.

Thomas Mulcair est-il le chef qui peut incarner ces valeurs? « Il faut qu'il y ait des gens qui se battent pour ces idées-là, pour ces valeurs-là. C'est le NPD qui est le mieux placé pour le faire. M. Mulcair est capable de le faire », répond le député Alexandre Boulerice.

Pour consulter ce graphique sur votre appareil mobile, cliquez ici.  (Nouvelle fenêtre)

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique