•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Violence en milieu hospitalier : les employés de North Bay inquiets, selon un sondage

Centre régional de santé de North Bay

Centre régional de santé de North Bay

Photo : Radio-Canada/Hugo Duchaine

Radio-Canada

Pas moins de 86 % des infirmiers et préposés aux bénéficiaires de l'hôpital régional de North Bay disent avoir déjà subi de la violence au travail, notamment, avoir été frappé ou poussé ou s'être fait lancer des objets. C'est ce qui ressort d'un sondage effectué par le syndicat des employés.

Un texte de Stéphany LaperrièreTwitterCourriel

Plusieurs répondants disent aussi craindre des représailles s'ils dénonçaient des cas de violence.

Le syndicat a l'intention de mener des sondages auprès de leurs membres à travers la province, mais son président, Michael Hurley, dit que les résultats de ces sondages pourraient être moins élevés que ceux obtenus auprès des travailleurs de l'hôpital régional de North Bay.

« Deux facteurs distinguent l'hôpital régional de North Bay. D'abord, il s'agit d'un partenariat public-privé et donc il y a moins de personnel en comparaison avec d'autres hôpitaux. Également, son administration n'a pas fait preuve d'ouverture par rapport à cet enjeu », affirme Michael Hurley.

Il rappelle qu'une infirmière de cet hôpital a été congédiée (Nouvelle fenêtre) après avoir discuté dans une table ronde de la violence par des patients.

Les données contestées par l'hôpital

De son côté, le président-directeur général de l'hôpital régional de North BayPaul Heinrich dit que la campagne du Conseil des syndicats n'est pas fondée et nuit au personnel et aux patients de l'hôpital.

Paul Heinrich rappelle que l'hôpital régional de North Bay fait des sondages auprès de ses employés à chaque année.

Selon son plus récent sondage, 75,5 % des répondants jugent que l'hôpital prend des mesures appropriées pour prévenir la violence au travail et 73,7 % d'entre-eux disent travailler dans un environnement sécuritaire.

Paul Heinrich indique aussi qu'en aucun cas une personne qui rapporte de bonne foi un acte de violence ne sera réprimandée.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nord de l'Ontario

Santé