•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Peu de français sur les sites des partis politiques

Clavier d'ordinateur
traducteur automatique Photo: iStock
Radio-Canada

Trouver de l'information en français sur les sites des principaux partis politiques n'est pas chose facile. Il y en a peu, voire pas du tout, et la qualité du français y est parfois déplorable.

Un texte de Louis-Philippe LeBlancTwitterCourriel

Nous avons épluché les sites des quatre principaux partis dans le but de trouver de l'information en français. Et pour trouver des renseignements dans la langue de Molière, il faut chercher longtemps. Il n'est fait mention d'aucune autre langue d'affichage sur les pages d'accueil des partis. Partout, l'information sur les plateformes et les positions des partis ne s'affiche qu'en anglais. Seules quelques biographies de candidats ou de chefs sont traduites.

Pages en français

NPD - todaysndp.ca

  • cinq biographies et le portrait du chef

PLM - manitobaliberals.ca

  • une biographie

PVM - greenparty.mb.ca

  • une biographie

PCMB - pcmanitoba.com

  • 20 secondes en français à la fin d'une vidéo

Le NPD du Manitoba se démarque en proposant des biographies bilingues de candidats qui ne le sont pas, mais qui se présentent dans des circonscriptions où les francophones sont plus nombreux. C'est le cas de Dave Gaudreau à Saint-Norbert, ou encore Christine Melnick dans Riel. Le seul onglet « Français » que nous avons trouvé dans tous les sites se trouve sur la page dédiée au chef du NPD Greg Selinger. (Nouvelle fenêtre)

Le Parti progressiste-conservateur du Manitoba ne présente aucune information en français. La seule présence du français que nous avons pu trouver sur leur site est à la toute fin de la vidéo de présentation du candidat dans Saint-Boniface, Mamadou Ka. (Nouvelle fenêtre)

Une qualité de français parfois déplorable

Nous avons soumis trois textes de trois partis à un traducteur pour lui demander son avis sur le niveau du français. Pour nous assurer de son impartialité, nous avons hachuré les noms des candidats et des circonscriptions. Comme le Parti progressiste-conservateur du Manitoba n'a rien publié en français sur son site, il est absent de cet exercice.

Libéraux : « C'est minimalement acceptable »

Alain Landry, candidat à Saint-Boniface pour le Parti libéral du ManitobaAlain Landry, candidat à Saint-Boniface pour le Parti libéral du Manitoba Photo : capture d'écran

Selon le traducteur professionnel Charles Leblanc, la biographie du candidat libéral dans Saint-Boniface (Nouvelle fenêtre), Alain Landry, aurait eu besoin d'une relecture en raison de ses mauvais choix de mots, d'erreurs de grammaire, de syntaxe et d'orthographe.

Charles Leblanc s'est dit étonné par la qualité de ce texte, surtout en considérant qu'Alain Landry affirme dans sa présentation qu'il « enseigne au niveau secondaire en immersion française ».

NPD : « C'est celui qui est le mieux écrit »

Charles Leblanc a été agréablement surpris par la qualité du français utilisé dans la biographie de Christine Melnick (Nouvelle fenêtre). Nul doute, selon lui, que c'était une biographie d'une personne s'exprimant très bien en français, alors que la candidate dans Riel ne parle pas le français. Charles Leblanc a néanmoins trouvé une faute mineure de concordance des temps.

PVM : « Absolument horrible »

Signe Kathryn Knutson est la candidate du Parti vert du Manitoba à Saint-BonifaceSigne Kathryn Knutson est la candidate du Parti vert du Manitoba à Saint-Boniface Photo : capture d'écran

Le texte de présentation (Nouvelle fenêtre) de la candidate du Parti vert du Manitoba dans Saint-Boniface, Signe Kathryn Knutson, est beaucoup plus problématique.

« Elle pratique une habitude profondément verte... Qu'est-ce que ça veut dire? Établir une érudition pour les femmes? Qu'est-ce que ça veut dire? », se demande Charles Leblanc. Selon lui, cette présentation donne l'impression au lecteur que la candidate ne parle ni ne comprend le français, et qu'elle a fait traduire son texte par une machine qui fonctionnait très mal. Il conclut que la candidate aurait dû faire relire son texte par une personne compétente ou s'abstenir de le publier.

Élections Manitoba 2016 : Boussole électorale

Le traducteur se désole de voir le français si bas dans la liste des priorités des partis.

C'est un peu triste. Surtout pour les circonscriptions où il y a des francophones. C'est un simple respect de l'électeur. On veut avoir son vote, on devrait être en mesure de lui parler dans une langue qu'il comprend.

Charles Leblanc, traducteur professionnel

Note méthodologique 

  • Les sites Internet des partis politiques ont été visités le 31 mars 2016
  • Cette enquête se limite aux sites Internet des partis politiques et exclus donc les publicités, prospectus, le porte-à-porte, etc.

Manitoba

Politique provinciale