•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le nouveau modèle de Tesla va-t-il démocratiser le marché des voitures électriques?

Tesla a dévoilà dans ses installations son modèle 3.

Photo : Justin Prichard

Radio-Canada

Le fabricant de voitures automobiles californien Tesla a dévoilé son nouveau modèle avec lequel il prétend démocratiser les véhicules électriques. Le Model 3 sera en vente au prix d'environ 35 000 $ US, soit presque la moitié de son modèle le plus populaire, le Model S.

Un texte de Ximena SampsonTwitter Courriel

Robert Dupuy, porte-parole de l'Association des véhicules électriques du Québec (AVEQ), attendait jeudi sous la pluie à Montréal avec des dizaines de personnes pour faire le dépôt de 1000 $ exigé par Tesla afin de réserver une voiture qu'il n'a pas encore vue et qu'il ne recevra pas avant un an et demi au minimum.

C'est la première fois [...] que des gens achètent une voiture dont ils ne connaissent pas les spécifications, la date de livraison, ni le prix.

Robert Dupuy, porte-parole de l'Association des véhicules électriques du Québec

Tesla Motors a présenté jeudi son nouveau modèle de voiture électrique, la Tesla Model 3, en annonçant que plus de 130 000 personnes l'avaient déjà commandée, plus d'un an avant sa sortie.

Ce qu'on sait, c'est que le Model 3 aura une autonomie de 320 km à 450 km selon les options.

Cette autonomie accrue par rapport aux véhicules électriques de même prix pourrait être un facteur déterminant pour les ventes, croit Robert Dupuy. « L'autonomie serait probablement quelque chose qu'on n'a jamais vu, sauf dans des voitures très chères », affirme-t-il.

Ce niveau d'autonomie est ce qui, au plan psychologique, va faire que les gens vont vouloir abandonner la voiture à essence. Il n'y aurait vraiment aucune contrainte de passer à l'électricité, que des avantages.

Robert Dupuy, porte-parole de l'Association des véhicules électriques du Québec

Véhicule électrique de masse?

Le chroniqueur automobile Marc-André Gauthier est du même avis. « Ça pourrait devenir la première voiture électrique de masse », soutient-il. « Ce serait la première qui offrirait aux gens une autonomie comparable à celle qu'ils ont avec une voiture à essence, avec de très bonnes performances. »

À différence de la plupart des voitures électriques actuellement sur le marché, conçues essentiellement pour rouler en ville, le Model 3 pourra être utilisé dans toutes les conditions, croit-il.

C'est aussi sur l'excellente réputation du Model S que mise Tesla pour vendre le Model 3.

« Côté design, ce sont des voitures impeccables », affirme Marc-André Gauthier. « On a l'impression d'être dans la voiture du futur [... ] C'est une voiture qui a beaucoup de technologie et c'est ce qui la démarque des autres. »

Avec un prix de 45 000 $, le Model 3 n'est plus dans la même catégorie que les voitures de luxe, croit Robert Dupuy. « Même si le coût d'achat peut sembler élevé, on sait que l'entretien d'une voiture électrique est minime par rapport à une voiture à essence et les coûts d'opération sont [largement inférieurs]. Ça va changer la donne complètement. »

À Montréal comme ailleurs dans le monde, des gens ont fait la file devant un concessionnaire pour réserver leur exemplaire du prochain véhicule électrique Tesla, le Model 3.

Les acheteurs devront cependant modérer leur enthousiasme, puisque les premières livraisons n'auront pas lieu avant la fin 2017 ou même en 2018.

Économie