•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Saskatchewanais souhaitent un plus grand effort fiscal des grandes entreprises

La case « Impôt sur le revenu » du jeu de Monopoly

Photo : iStock

Radio-Canada

Les grandes entreprises de la Saskatchewan ne paient pas suffisamment d'impôt, si l'on se fie à la plus récente publication de la Boussole électorale, liée à la campagne électorale saskatchewanaise.

À la question « Combien d'impôt les grandes entreprises devraient-elles payer? », même si 36 % des répondants croient que ce que les entreprises paient en ce moment est très bien ainsi, 32 % des électeurs ont répondu qu'elles devraient en payer un peu plus et 22 % croient même que ces entreprises devraient en payer beaucoup plus.

« C'est une question de responsabilité de faire un peu plus que leur part », estime la Fransaskoise Carla Crevaux, à la lumière de ces résultats.

Carla Crevaux

Carla Crevaux

Photo : Radio-Canada

Carla Crevaux ne croit pas qu'un taux d'imposition plus élevé dans la province pourrait avoir comme conséquence de faire fuir des entreprises. Surtout pas, souligne-t-elle, si cela mène à un meilleur pouvoir d'achat de la classe moyenne en raison d'une éventuelle réduction d'impôt.

« Moi je trouve que c'est plus difficile d'attirer des entreprises quand il n'y a pas de monde qui peut acheter. Honnêtement c'est vraiment ça qui fait qu'une entreprise ne dure pas, ce n'est pas la taxation [au]tant que le monde qui ne peuvent pas acheter ton produit ou ton service. »

Partisans divisés

Là où les opinions deviennent plus partagées, c'est lorsqu'on observe le découpage des résultats par allégeance aux partis politiques.

Tant ceux tournés vers le Parti vert (49 %) le Parti libéral (33 %) que le NPD (44 %) sont pour un taux d'imposition beaucoup plus élevé des grandes entreprises, alors que seulement 8 % des partisans du Parti saskatchewanais pensent ainsi.

Le balancier gauche-droite de l'échiquier politique s'exprime aussi très clairement dans ces résultats de la Boussole, où 60 % des électeurs qui s'identifient à gauche souhaitent beaucoup plus d'impôts versés de la part des grandes entreprises contre un maigre 6 %, pour ceux à droite.

Création d'emploi plus facile avec baisse d'impôt?

Là où la Boussole électorale arrive moins bien à identifier une tendance générale claire, c'est lorsqu'on demande aux électeurs de la province si le moyen le plus efficace de créer des emplois en Saskatchewan est de réduire les impôts. Presque à égalité, 36 % sont plutôt ou fortement d'accord et 38 % des Saskatchewanais sont plutôt ou fortement en désaccord, alors que 23 % demeurent neutres.

Par contre, lorsqu'on observe l'allégeance politique des électeurs, ce sont ceux tournés vers le Parti saskatchewanais qui, à 48 %, sont le plus en faveur de cette idée.

En faveur ou non d'un crédit d'impôt pour le cinéma?

Les entreprises de production cinématographique devraient-elles bénéficier d'allègements fiscaux spéciaux en Saskatchewan? Selon notre Boussole électorale, 48 % des Saskatchewanais sont d'accord avec cette affirmation contre 32 % qui sont en désaccord avec cette éventualité.

Cette idée laisse toutefois 19 % de l'électorat neutre.

Le gouvernement de Brad Wall a mis fin au crédit d'impôt pour les emplois dans l'industrie du cinéma en 2012. Cette mesure devait permettre à la province d'économiser 3 millions de dollars la même année et 8 millions de dollars pour les années subséquentes. Le chef du Nouveau Parti démocratique, Cam Broten, a promis, s'il est élu, de remettre en place un crédit d'impôt sur la main-d'oeuvre pour les tournages de films ou d'émissions de télévision.

Le résultat de notre Boussole est une bonne nouvelle pour Carla Crevaux. Celle-ci estime qu'un crédit d'impôt serait un solide coup de pouce pour beaucoup de jeunes cinéastes de la province, et pas seulement pour les productions étrangères. « Je trouve qu'on a une génération qui en a à dire et comme c'est la génération qui est supposée nous suivre et d'avoir les choses en mains, je trouve que c'est dans notre intérêt de les écouter. Je trouverais ça le fun de voir tout ça remis en place. »

Selon notre Boussole électorale, seulement 7 % des partisans du Parti saskatchewanais se disent fortement d'accord avec cette idée. Alors qu'à l'opposé 41 % des électeurs d'allégeance néo-démocrate le sont.

MÉTHODOLOGIE

Les informations présentées reposent sur les réponses de 11 829 personnes qui ont participé à la Boussole électorale entre le 7 et le 30 mars 2016. À la différence des sondages, les répondants de la Boussole électorale ne sont pas présélectionnés.

Tout comme dans un sondage cependant, les données proviennent d'un échantillon non aléatoire de la population; elles ont été pondérées de manière à les rapprocher de celles d'un échantillon représentatif de la population réelle de la Saskatchewan selon les données du recensement et d'autres estimations démographiques. Les facteurs de pondération sont le lieu de résidence, le sexe, l'âge, le niveau d'instruction, la profession, la religion, le degré de religiosité et le degré de mobilisation civique.

Saskatchewan

Politique provinciale