•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le gouvernement de l'Alberta et la communauté francophone à la même table

Le ministre de la Culture et du Tourisme Ricardo Miranda (3e à partir de la gauche) et la première ministre Rachel Notley (4e à partir de la gauche) entourés des représentants de l'ACFA provinciale.

Le ministre de la Culture et du Tourisme Ricardo Miranda (3e à partir de la gauche) et la première ministre Rachel Notley (4e à partir de la gauche) entourés des représentants de l'ACFA provinciale.

Photo : Twitter/@ACFAAB

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La première ministre de l'Alberta Rachel Notley et le ministre de la Culture et du Tourisme Ricardo Miranda ont rencontré mercredi l'Association canadienne-française de l'Alberta (ACFA) pour discuter du soutien que le gouvernement néo-démocrate peut apporter à la communauté francophone.

Un texte de Geneviève NormandTwitterCourriel

Dans une rencontre qui a duré environ 45 minutes, le développement d'une politique provinciale sur les services en français en Alberta s'est imposé comme le sujet qui a retenu le plus l'attention.

« On va regarder les modèles de politique », a affirmé le président de l'ACFA Jean Johnson. « On voudrait s'orienter vers l'obtention d'une loi sur les services en français. »

Selon M. Johnson, cette rencontre est « encourageante » et de bon augure. « On va commencer immédiatement le travail pour faire un inventaire de ce qui est fait ailleurs et pour s'inspirer. On ne veut pas seulement se rattraper, mais aussi dépasser certaines provinces », a-t-il affirmé.

« Madame Notley se sentait un peu gênée de réaliser qu'on traîne du talon derrière toutes les autres provinces au Canada par rapport aux communautés francophones. »

— Une citation de  Jean Johnson, président de l'ACFA provinciale

Une loi sur les services en français, l'objectif ultime

La création d'une politique provinciale serait un pas en avant pour la reconnaissance des droits des francophones dans la province.

L'ACFA ne cache cependant pas son désir de voir aboutir en Alberta une loi sur les services en français, comme c'est le cas dans d'autres provinces canadiennes.

En comparaison, par exemple, le gouvernement du Manitoba a déposé récemment à l'Assemblé législative un projet de loi visant à protéger légalement ces services. Ce projet est cependant mort au feuilleton avec le déclenchement des élections provinciales.

« Une politique, c'est selon la bonne volonté des chefs au pouvoir. Mais une loi, ça assure une certaine pérennité », a expliqué Jean Johnson.

« Agréablement surpris » par Rachel Notley

Le président de l'ACFA n'a employé que de bons mots pour décrire cette première rencontre avec Rachel Notley. Il aurait pensé devoir présenter à la première ministre des informations sur la communauté francophone, comme des statistiques démographiques. Or, nul n'a été le besoin.

« J'ai trouvé que c'est une femme intelligente, bien renseignée, bien préparée pour la rencontre », a-t-il affirmé.

« Ça fait très longtemps qu'on travaille pour avoir cette reconnaissance-là, on avait eu une ouverture au moment de Monsieur Stelmach, mais jamais le type d'engagement et d'ouverture qu'on voit chez Madame Notley. »

— Une citation de  Jean Johnson, président de l'ACFA provinciale

Maintenant que le gouvernement néo-démocrate et l'ACFA ont brisé la glace, il est temps de mettre la main à la pâte. Les deux partis ne comptent pas perdre de temps : une prochaine réunion est prévue la semaine prochaine ou la suivante.

Le travail à faire dans le développement de la politique des services en français se fera avec le ministre Miranda, aussi responsable du Secrétariat francophone.

Parmi les autres sujets abordés lors de cette rencontre : l'éducation postsecondaire, les projets, les besoins d'infrastructures et la bonification des ressources au Campus Saint-Jean, de même que la santé pour les aînés francophones.

Par le passé, l'ACFA avait rencontré d'anciens premiers ministres, notamment Ralph Klein, Ed Stelmach, Dave Hancock et Jim Prentice.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...