•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'impression 3D porteuse d’espoir pour les personnes diabétiques

La structure de sucre est développée à l'aide d'une imprimante en trois dimensions.

Photo : ICI Radio-Canada/Nicole Germain

Radio-Canada

Des chercheurs de l'Université Laval en collaboration avec l'Université McGill travaillent au développement d'un pancréas bioartificiel créé en partie à l'aide d'une imprimante 3D, afin de venir en aide aux patients souffrant de diabète de type 1.

Les chercheurs tentent de confectionner un organe artificiel qui remplirait les fonctions du pancréas déficientes chez les diabétiques dont le système immunitaire détruit les cellules sécrétant l'insuline. 

À l'aide d'une imprimante 3D, l'équipe du chercheur André Bégin-Drolet, professeur au Département de génie mécanique de l'Université Laval, imprime couche par couche une structure de filaments de sucre servant de base à la création du pancréas bioartificiel. La technique, innovatrice, combinée avec des cellules biologiques, permet de reproduire la vascularisation naturelle d'un pancréas, explique André Bégin-Drolet.

« On crée une structure temporaire en sucre dans laquelle on insère des cellules qui sécrètent de l'insuline, on ajoute un hydrogel pour maintenir tout ça en place et une fois que tout est figé, on dissout le sucre à l'intérieur et ça laisse des canaux libres dans lesquels le sang va pouvoir circuler et oxygéner les cellules qui sécrètent de l'insuline. »

Il faudra encore plusieurs années avant que le système soit opérationnel et éventuellement implanté chez un patient qui n'aurait plus besoin de pompe à insuline. Les travaux sont néanmoins uniques et encourageants, mentionne le chercheur.

« L'imprimante est dans les laboratoires de l'Université McGill et on est en train de rajouter des cellules dans tout le procédé pour l'amener à une étape plus loin. C'est des étapes jalon qui nous permettent de dire : "oui, c'est positif". »

India Tanguay-Doucet a contribué à amasser des fonds pour la recherche.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

India Tanguay-Doucet a contribué à amasser des fonds pour la recherche.

Photo : ICI Radio-Canada

Subvention d'une jeune diabétique

L'imprimante 3D a été développée par un étudiant à la maîtrise grâce à une subvention de 20 000 $ de Diabète Québec, dont les fonds ont été amassés par une jeune diabétique de type 1, India Tanguay-Doucet, et sa famille grâce à plusieurs activités de financement.

L'adolescente de 17 ans, qui a reçu son diagnostic à 9 ans, continuera ses démarches pour trouver des fonds pour la recherche. Elle espère un jour pouvoir se débarrasser de la pompe qui administre de l'insuline dans son corps. « La technologie évolue toujours, aujourd'hui encore, et moi, je crois qu'un jour on va finir par trouver la solution à la maladie », dit-elle.

Sa mère, Manon Tanguay, fonde également beaucoup d'espoir dans la recherche. « Ils parlent du pancréas bioartificiel, c'est cellulaire, on n'est plus avec une machine, c'est une greffe de cellules. Je ne sais pas exactement où ils vont en arriver, mais je souhaite ardemment qu'ils arrivent à guérir ces enfants. »

Selon l'Agence de santé publique du Canada, le taux de diabète de type 1 chez les enfants et les jeunes est en hausse à l'échelle mondiale et le Canada maintiendrait l'un des plus hauts taux d'incidence de diabète de type 1 chez les enfants âgés de moins de 14 ans.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Science