•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Gatineau veut se tourner vers l'agriculture urbaine

La ville de Gatineau veut encourager l'agriculture urbaine.
La ville de Gatineau veut encourager l'agriculture urbaine. Photo: Ville de Gatineau
Radio-Canada

La Ville de Gatineau propose d'augmenter le nombre de jardins communautaires et veut également permettre sous certaines conditions de petits élevages, comme l'aménagement de poulaillers urbains.

Dans un rapport présenté mardi, la Commission Gatineau, Ville en santé, propose un nouveau plan de deux ans pour encourager un plus grand nombre de Gatinois à cultiver leurs propres fruits et légumes.

COMMENT COMPTE-T-ON S'Y PRENDRE? 

  • Réaliser une campagne de promotion et de sensibilisation sur l'importance de l'agriculture urbaine.
  • Favoriser la diffusion d'information sur l'agriculture urbaine au moyen d'une plateforme Internet.
  • Offrir des ateliers d'éducation aux citoyens et aux acteurs intéressés.
  • Favoriser l'inclusion d'espaces cultivables dans les projets domiciliaires abordables lors de leur conception.

À l'heure actuelle, il y a 17 jardins communautaires aménagés sur le territoire urbain de Gatineau, qui permettent à 1500 personnes de cultiver 400 lopins de terre.

Le maire Maxime Pedneaud-Jobin, espère que le nouveau programme, s'il est approuvé par le conseil, vienne grossir ce nombre.

« Le programme découle des orientations du programme du conseil municipal visant à offrir une Ville verte, active et en santé. La participation citoyenne et la prise en charge des organismes guidée par des balises claires de la Ville seront essentielles au succès de ce programme » a-t-il déclaré.

La Ville soutient que ce programme sera doté par année du même budget présentement consacré aux 17 jardins actuels, soit 114 060 $.

À voir aussi :

Les jardins communautaires ont la cote à Gatineau

Le rapport propose aussi un projet-pilote sur les petits élevages de poules et d'abeille, qui verrait le jour en 2017. Les fonctionnaires municipaux doivent élaborer les critères de ce projet-pilote d'ici l'automne.

Les petits élevages gagnent en popularité, malgré le manque d'encadrement de la ville. On trouve dans certains secteurs des poulaillers ou des ruches urbaines.

La Ville devra revoir sa règlementation municipale et le zonage avant de permettre l'arrivée de ces petits élevages.  Pour les promoteurs de l'agriculture urbaine,  il s'agit d'une bonne nouvelle.

Pablo Berlanga est vice-président d'Apiculture Gatineau, un organisme qui fait la promotion de l'apiculture urbaine. Il rappelle le rôle important que jouent les abeilles dans l'environnement:

Le conseil municipal de Gatineau doit se pencher sur les conclusions de ce rapport à sa réunion du 12 avril.

Ottawa-Gatineau

Politique municipale