•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Corée du Nord menace Séoul et publie une vidéo d'une attaque nucléaire sur Washington

Cette image a été transmise par l'agence de nouvelles officielle de la Corée du Nord, le 25 mars 2016, et montre de l'artillerie en train d'envoyer des projectiles.

Cette image a été transmise par l'agence de nouvelles officielle de la Corée du Nord, le 25 mars 2016, et montre de l'artillerie en train d'envoyer des projectiles.

Photo : KCNA KCNA / Reuters

Associated Press
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Corée du Nord a prévenu samedi que son armée était prête à attaquer le palais présidentiel à Séoul si la présidente Park Geun-hye ne présentait pas ses excuses pour « trahison » et n'exécutait pas publiquement les membres de son gouvernement responsables de ce que Pyongyang a décrit comme étant un plan pour supprimer les dirigeants nord-coréens.

L'avertissement, diffusé par le média national au nom d'une unité de l'Armée populaire de Corée, est la plus récente menace à être lancée par le régime de Kim Jong-un contre la Corée du Sud et les États-Unis en raison des exercices militaires conjoints auxquels participent présentement les deux pays et que Pyongyang voit comme une répétition en vue d'une future invasion de son territoire.

Il survient aussi peu après la publication par la Corée du Nord d'une vidéo montrant une attaque nucléaire contre la capitale américaine.

La vidéo en question :

Les exercices militaires conjoints reviennent tous les ans, mais ceux de cette année se déroulent dans un contexte particulièrement tendu et dans la foulée des récents tests nucléaires et de missiles effectués par Pyongyang.

Des rumeurs rapportées par les médias sud-coréens selon lesquelles les présents exercices comprennent une simulation d'une attaque contre les principaux leaders nord-coréens n'ont fait qu'aviver la fureur du régime.

Selon l'avertissement de samedi, le palais présidentiel de la Corée du Sud est à la portée des unités d'artillerie de la Corée du Nord et, si un ordre était donné, il suffirait d'un simple « clic » pour déclencher l'assaut.

Les experts croient que Pyongyang possède en effet l'équipement militaire nécessaire pour frapper la capitale sud-coréenne sans préavis et faire énormément de dommages et de victimes dans la ville de 10 millions d'habitants.

Ils estiment toutefois qu'une telle attaque est peu probable, surtout que la Corée du Nord a souvent proféré des menaces similaires par le passé sans jamais les mettre à exécution.

Images d'un assaut contre Washington

Plus tôt samedi, le site de propagande nord-coréen DPRK Today avait mis en ligne une vidéo contenant des images d'un assaut nucléaire contre Washington.

D'une durée de quatre minutes et intitulée « Dernière chance », la vidéo montre un missile propulsé depuis un sous-marin submergé traverser les nuages avant de reprendre le chemin de la Terre puis de s'écraser près du Lincoln Memorial de la capitale américaine et anéantir la ville.

Une vidéo semblable avait fait les manchettes en 2013, année où Pyongyang avait également réalisé des essais nucléaires et mis un satellite en orbite.

D'après les spécialistes, même si la Corée du Nord détient des armes nucléaires et des missiles, elle ne les aurait pas perfectionnés suffisamment pour représenter un réel danger pour les grandes cités américaines.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !