•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Victoria : de plus en plus de voix contre les calèches de chevaux

Une calèche dans les rues de Victoria.

Une calèche dans les rues de Victoria.

Photo : CBC

Radio-Canada

Un organisme a demandé jeudi au conseil municipal de Victoria de bannir les calèches tirées par des chevaux, une attraction touristique populaire perçue comme de « l'exploitation animale » par ses détracteurs.

Les collision avec des voitures, des soins insuffisants, de mauvais équipements dont des barres en fer causant souffrance et blessures dans la bouche des chevaux sont quelques-unes des raisons qui ont poussé le groupe Victoria Horse Alliance à faire une demande d'interdiction des calèches.

Plus de 900 personnes ont signé une pétition initiée par l'organisme qui donne à la municipalité jusqu'à la fin 2017 pour agir. « Ce n'est qu'une question de temps », a déclaré, confiant, Jordan Reichert, porte-parole de Victoria Horse Alliance.

La Ville compte deux entreprises de promenades en calèches, Tally Ho Carriage Tours et Victoria Carriage Tours, qui emploient environ 70 personnes et utilisent 52 chevaux.

Dans un communiqué de presse conjoint, elles se défendent en déclarant qu'au cours des 20 dernières années, il n'y a eu que 20 incidents liés à des collisions. « Nous avons des procédures en place qui imposent de vérifier l'état des chevaux plusieurs fois par jour », affirment les directions de deux entreprises.

Jordan Reichert rétorque que son groupe a déposé deux plaintes pour cruauté animale auprès de la SPCA de la Colombie-Britannique.

Il rappelle également que plusieurs grandes villes comme Toronto, Londres ou Pékin ont déjà interdit les calèches. À New York, où le débat fait rage depuis plusieurs années, un plan pour limiter les promenades dans Central Park a été finalement rejeté le mois dernier.

Colombie-Britannique et Yukon

Animaux