•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les frais de dentiste atteignent un sommet en Alberta

Chargement de l’image

Photo : iStock

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Aller chez le dentiste coûte maintenant si cher dans cette province que de nombreuses personnes s'en passent ou décident de s'endetter pour faire soigner leurs dents.

Un texte de Mathieu SimardTwitterCourriel de l'émission La facture

Les soins dentaires atteignent des sommets inégalés en Alberta. La disparité des prix pour une visite chez le dentiste semble aussi s'accentuer d'une province à l'autre.

Entre 2005 et 2015, le prix moyen des soins dentaires en Alberta a augmenté de 56 %, selon une étude de l'Association canadienne des compagnies d'assurances de personnes (ACCAP). Les prix ont progressé deux fois plus rapidement qu'en Colombie-Britannique et en Ontario.

« Pour les mêmes soins, ce sont les Albertains qui paient le plus pour les services en dentisterie. »

— Une citation de  Claude Di Stasio, vice-présidente aux affaires québécoises à l'ACCAP

Les données collectées par l'Association révèlent notamment qu'une demi-heure de détartrage coûte en moyenne 73,80 $ en Colombie-Britannique. Une aubaine comparativement aux 141 $ que facturent en moyenne les dentistes albertains pour le même service.

Adieu, guide des honoraires

Certains montrent du doigt l'abandon du guide provincial des honoraires pour expliquer la flambée des prix. L'Alberta est la seule province où le prix des soins dentaires n'est pas suggéré par un ordre professionnel.

Depuis 1997, chaque dentiste peut facturer au client ce que bon lui semble. Les patients n'ont donc plus de références pour juger du prix à payer.

« Il n'y a pas d'arbitre, parce qu'à ce moment le consommateur n'a pas de point de référence pour savoir si ce qu'on lui facture est correct ou démesuré. Le guide aide à normaliser le marché », indique Mme Di Stasio.

L'arrêt de la publication du guide devait accroître la concurrence des cliniques et profiter aux consommateurs. Or, le contraire semble s'être produit.

Le reportage télé de Mathieu Simard est diffusé le 29 mars à l'émission La facture sur ICI Radio-Canada Télé.

Pas les moyens d'aller chez le dentiste

Beaucoup d'Albertains peinent à trouver des soins abordables et sont contraints de négliger leur santé buccale. Une situation que constatent au quotidien les employés de la clinique mobile Alex, un organisme communautaire qui offre gratuitement des soins dentaires dans les milieux défavorisés.

Le nombre de personnes en quête de soins qui viennent frapper à la porte de la clinique Alex a explosé dans les dernières années, indique la directrice de ce service, Denise Kokaram.

La clinique ne devait initialement cibler que les familles pauvres, mais elle a bien vite réalisé que de nombreuses familles de la classe moyenne se retrouvaient aussi dans l'incapacité de s'offrir une visite chez le dentiste.

Chargement de l’image
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Denise Kokaram, directrice du programme Alex Dental Health Bus

Photo : ICI Radio-Canada/Louise Moquin

« Je reçois sans cesse des demandes [...] d'individus qui sont tout simplement incapables de trouver des soins dentaires à bon prix. »

— Une citation de  Denise Kokaram, directrice du programme Alex Dental Health Bus

De plus en plus de personnes évitent le dentiste, bien qu'elles possèdent des assurances, parce que même en soustrayant le remboursement de leur police, la facture est trop salée, explique Mme Kokaram.

Du changement pour bientôt?

Le gouvernement provincial vient d'entreprendre une révision du système dentaire. Un comité examine actuellement les raisons qui poussent les prix à la hausse en Alberta et il doit formuler des recommandations d'ici la fin de l'été.

D'ici là, il est possible de se déplacer ailleurs au pays pour recevoir des soins dentaires. Votre assureur remboursera alors le même pourcentage prévu par votre police, peu importe l'endroit où vous avez reçu le traitement. Les soins obtenus à l'extérieur du Canada ne sont cependant pas admissibles.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !