•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Moins d'élèves par classe n’est pas une nécessité pour la moitié des Saskatchewanais

Des élèves de l'École canadienne-française de Saskatoon lors de leur rentrée scolaire en septembre 2013.

Des élèves du pavillon élémentaire de l'École canadienne-française de Saskatoon lors de leur rentrée scolaire en septembre 2013.

Photo : Pascale Bouchard-Dubé/Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le gouvernement qui sera à la tête de la Saskatchewan le 5 avril ne pourra pas se baser sur l'opinion des Saskatchewanais pour déterminer s'il doit ou non réduire le nombre d'élèves par classe dans les écoles de la province. Les plus récents résultats de la Boussole électorale de Radio-Canada montrent que les opinions sont divisées sur la question.

Lorsqu'on leur demande si la taille des classes dans les écoles de la Saskatchewan doit être réduite, même si cela devait coûter plus cher aux contribuables, 50 % des Saskatchewanais sont d'accord, 24 % en désaccord 24 % sont neutres et 2 % ne savent pas.

Les opinions sont toutefois plus partagées selon le sexe. Plus de femmes que d'hommes sont prêtes à voir les contribuables payer plus afin qu'il y ait des classes avec moins d'élèves dans la province : 62 % de femmes contre 42 % d'hommes.

Les électeurs tournés vers le Parti vert et le NPD sont fortement d'accord à 32 % et 33 % à payer davantage pour qu'il y ait moins d'élèves par classe dans la province. Seulement 10 % des partisans du Parti saskatchewanais pensent ainsi.

Armand Lavoie, un parent fransaskois de Saskatoon, n'est pas surpris de voir que les Saskatchewanais ne font pas une priorité de cette question. Ce n'est pas un sujet  dont il entend parler régulièrement. Il souligne qu'il n'a pas eu à vivre ce défi avec ses trois filles.

« Je dois dire que nous à Saskatoon, avec l'École canadienne-française, pendant plusieurs années, même aujourd'hui, la majorité des classes sont d'une grandeur intéressante et acceptable, alors nos filles ont vécu des belles grandeurs de classes », explique M. Lavoie.

Financement pour les écoles religieuses

Les écoles religieuses privées de la Saskatchewan ne devraient pas recevoir de financement du gouvernement. Cette affirmation rassemble 50 % des électeurs de la province alors que 31 % sont plutôt ou fortement en désaccord avec cet énoncé et que 18 % demeurent neutres.

Frais universitaires

L'opinion des Saskatchewanais dans ce volet éducation de la Boussole électorale est plus balancée lorsqu'il est question d'argent que les étudiants devraient recevoir du gouvernement provincial pour les aider à payer leurs frais universitaires.

Si 35 % des Saskatchewanais sont d'avis que ce qu'ils reçoivent à l'heure actuelle est très bien ainsi, 55 % des électeurs croient plutôt qu'ils devraient recevoir plus. Seulement 8 % de la population estime que les étudiants devraient avoir moins.

Les électeurs qui sont tournés soit vers le Parti vert, le Parti libéral ou le NPD, souhaitent beaucoup plus d'argent pour les étudiants dans des proportions respectives de 39 %, 35 % et 33 %. Ceux qui tendent plus vers le Parti saskatchewanais n'appuient cette idée qu'à 11 %.

C'est la portion de l'électorat âgée de 18 à 34 ans qui souhaite, dans un plus fort pourcentage, voir la province aider davantage les étudiants à payer leurs frais universitaires.

MÉTHODOLOGIE

Les informations présentées reposent sur les réponses de 4735 personnes qui ont participé à la Boussole électorale entre le 9 et le 21 mars 2016. À la différence des sondages, les répondants de la Boussole électorale ne sont pas présélectionnés.

Tout comme dans un sondage cependant, les données proviennent d'un échantillon non aléatoire de la population; elles ont été pondérées de manière à les rapprocher de celles d'un échantillon représentatif de la population réelle de la Saskatchewan selon les données du recensement et d'autres estimations démographiques. Les facteurs de pondération sont le lieu de résidence, le sexe, l'âge, le niveau d'instruction, la profession, la religion, le degré de religiosité et le degré de mobilisation civique.

À vous maintenant d'essayer la Boussole électorale et de partager vos résultats!

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !